La station du Gaschney baisse le rideau

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Schmitt
La station du Gaschney.
La station du Gaschney. © France 3 Alsace

La société Gaschney 360°, qui a repris l'exploitation de la station du Gaschney en 2015, a annoncé ce matin sur sa page Facebook que le site ne rouvrira pas. La faute "a un manque de moyens et de volonté politique" selon Philippe Kalt, dirigeant de Gaschney 360°.

"On a repris cette station par passion, mais à un moment, il faut remettre la raison au coeur de la passion", lâche Philippe Kalt, l'un des six associés de la société Gaschney 360°, qui exploite la station de ski du même nom depuis 2015. 

Avant cette date, le Gaschney, propriété du syndicat mixte de la Vallée de Munster, était géré par le Ski club du Hohneck. Sauf qu'en 2013, la délégation de service public liant le club de ski au syndicat mixte n'a pas été renouvelée. Résultat : la station du Gaschney n'ouvre pas ses portes lors de la saison hivernale 2013-2014 ce qui conduit Philippe Kalt et cinq associés à reprendre la gestion du site dès l'année suivante. 

Le Syndicat mixte a investi pour remettre en état la station en 2015 mais l'entretien est à notre charge. On a notamment acheté une dameuse et une moto-neige mais on était parti sur trente jours d'ouverture hivernale. Or la première année, on a ouvert treize jours, dix-huit la deuxième et vingt-quatre la troisième. Sachant que, cette année, il n'y a pas de neige et qu'une ouverture en 2018 est tout simplement impossible. On a investi plusieurs dizaine de milliers d'euros et réalisé des milliers d'heures de bénévolat. Cet été, on a demandé au syndicat mixte d'investir notamment dans des pare-neige pour retenir la neige sur les sommets où il y a du vent. Cette automne, on a eu une fin de non recevoir alors on a décidé, la mort dans l'âme, de laisser tomber faute de moyens et de volonté des politiques.

 



Les trois remontées mécaniques et les sept pistes de ski de la station, qui s'adresse à des skieurs expérimentés avec son profil alpestre, ne pourront donc pas faire le bonheur des amoureux de la glisse. Dans le secteur, la station prioritaire, de part l'affluence qu'elle génère, est celle du Schnepfenried, le Gaschney, tout comme Le Tanet, sont des stations secondaires. Sans se défiler, Pierre Gsell, le président du syndicat mixte de la Vallée de Munster, explique que la station du Gaschney n'est tout simplement plus rentable

Nous avons investis près d'un million d'euros en dix ans au Gaschney avec par exemple la révision des trente ans des téléskis qui coûte 150000€ ou la construction d'un garage pour la dameuse qui est revenue à 180000€. On a essayé mais force est de constater que ça ne prend pas auprès du public. La station coûte chaque année 40000€ au syndicat mixte pour un chiffre d'affaires de 20000€, à un moment, il faut arrêter l'hémorragie et la gabegie financière. Philippe Kalt et ses associés auraient dû pouvoir payer leurs frais d'exploitation avec les recettes mais celle-ci sont insuffisantes. Ce n'est pas de leur faute mais, à un moment, il faut savoir dire stop.

Le rideau est donc tombé sur la petite station du Gaschney. Et, à en croire le président du syndicat mixte, l'histoire de la station du Tanet n'est pas non plus un long fleuve tranquille. Mais, avec un chiffre d'affaires trois fois supérieur, le potentiel cette fois, semble bel et bien là.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.