Volotea et son étrange méthode pour fixer les prix des billets d'avion low cost

On a l'habitude de prendre nos billets d'avion en avance pour payer moins cher. Pour Volotea, cette pratique s'avère inutile car les prix des billets fluctuent en permanence. En cause, son système de gestion des tarifs. La compagnie espagnole s'est imposée en France pour relier les principales villes régionales.

Prendre son billet d'avion en avance pour le payer moins cher, ce n'est pas forcément une méthode qui permet de faire des économies sur le site de la compagnie aérienne Volotea.

Avec 20 avions Airbus A320 basés dans toute la France, la low cost espagnole bat des records depuis son implantation en 2012. C'est la compagnie aérienne à la croissance la plus rapide en Europe. Leader sur les vols domestiques français, le taux de remplissage moyen de ses avions avoisine les 92 %. Strasbourg, Toulouse, Nantes ou Montpellier, son modèle économique consiste à desservir les capitales régionales européennes. Un succès, mais le système de Volotea pour la vente de billets est spécifique et fait fluctuer les prix en permanence. Inutile d'acheter son billet d'avion en avance.

En 24 h, le prix du billet peut baisser de moitié

Nous avons vérifié sur le site de la compagnie pour un billet simple, sans bagages, ni options sur un vol Volotea Strasbourg - Montpellier. Pour un billet consulté sur le site le 22 avril 2024 et un vol prévu au 17 juin 2024, le prix passe de 103 euros à 72 euros deux jours plus tard et sans offre promotionnelle. En 48 h, l'économie représente près de 30 %. Cela se vérifie également sur des périodes de plusieurs mois.

Un client de la compagnie a constaté cette même réaction du site Volotea. Il a cherché un vol pour partir en week-end découverte à Londres. En l'espace de seulement 24 h, le billet est passé de 125 euros à 88 euros. Il a alors sauté sur l'occasion pour acheter le billet moins cher.

Les tarifs ne sont pas fixes.

Direction de Volotea

Nous avons contacté la compagnie aérienne pour avoir plus de détails sur son système de vente. Volotea nous répond de façon succincte : "Dans l'industrie de l'aviation, il est courant que les prix des vols varient en fonction de l'offre et de la demande. Les tarifs ne sont pas fixes. Il s'agit d'une pratique généralisée et non exclusive à Volotea".

Le système du yield management

La compagnie utilise la technique bien connue du yield management. Le yield, provenant de l'anglais rendement, consiste à vendre un billet et à ajuster son prix en fonction de la demande et du moment pour remplir au mieux les avions. Cette pratique est également connue sous le nom de gestion dynamique des prix en temps réel.

Prendre son billet un jour spécifique dans la semaine, le mardi, ou à 4 h du matin n'est pas nécessaire. Pour Romain Charié, directeur général de N&C, société de conseil en yield management, "Il n'y a pas de règles. C'est une légende urbaine de penser que les prix sont moins chers le mardi ou à 4 h 00 du matin".

Cela va donner du stress aux clients et créer de la défiance envers Volotea.

Romain Charié, Directeur général de N&C conseil en yield management

Les logiciels utilisés pas les compagnies sont des RMS, ou Revenue management system, pour optimiser le revenu des compagnies aériennes. En résumé, plus l'avion (ou le train) se remplit, plus les tarifs augmentent. Dans le cas de Volotea, ce système serait trop sensible aux achats des clients. "Vraisemblablement, l'outil de Volotea n'est pas assez robuste aux aléas de la demande. Le logiciel n'arrive pas à faire de prévisions et les prix vont changer au moindre achat. Le yield n'est pas bien géré et donne une mauvaise image. Cela va donner du stress aux clients et va provoquer de la défiance. Comment savoir que ce tarif-là est au bon prix ? Les consommateurs s'en détourneront, c'est une vraie catastrophe pour Volotea" précise Romain Charié.

Visiter plusieurs fois le site de la compagnie

Pour Gérard Feldzer, ancien commandant de bord et président de l'association Aviation sans frontières, "Le yield management, c'est l'ADN du low cost. Les compagnies attendent parfois le dernier moment et proposent des promotions s’il y a des places libres pour casser les prix. Mieux vaut remplir l'avion" précise Gérard Feldzer. Le secteur du low cost est très concurrentiel en Europe. Les prix varient et évoluent en fonction du taux de remplissage des avions. Si un avion n'est pas assez rempli, le prix va baisser pour attirer de nouveaux passagers. L'intelligence artificielle est utilisée depuis 40 ans dans le secteur de l'aérien commercial. Chaque compagnie aérienne a son système qui lui est propre et qui fonctionne différemment.

C'est la bourse, ça se joue à la nanoseconde !

Gérard Feldzer, ancien commandant de bord et président d'Aviation Sans Frontières

Pour mieux s'en sortir, il est conseillé de visiter le site internet des compagnies le plus souvent possible et à des moments différents."Les compagnies sont les rois de l'intelligence artificielle. L'objectif, c'est de remplir les avions à 100 %. C'est la bourse, ça se joue à la nanoseconde !" rajoute Gérard Feldzer.

Pour Romain Charié, "Même si Volotea est en situation de monopole sur certaines lignes, contrairement aux autres compagnies, son logiciel Revenue Management Système a une vision court-termiste. Le consommateur a besoin d'être en situation de confiance". Il recommande que "la compagnie ne baisse pas les tarifs pour que les passagers ne découvrent pas que le prix diminue après l'achat".

Comme pour un jeu de loterie, il est donc conseillé à un client de la compagnie d'acheter son billet lorsqu'il estime qu'il est au bon prix. Il n'y a cependant pas de certitude que le tarif ne baisse pas dans les jours ou les semaines qui viennent.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité