Affaire Raoult : accusé de cybercriminalité par le FBI, le Français extradé plaide "non coupable"

Devant un tribunal de Seattle (nord-ouest des États-Unis) le Vosgien Sébastien Raoult, extradé du Maroc le mercredi 25 janvier vers les États-Unis, a plaidé "non coupable". Il est accusé de cybercriminalité par les autorités américaines.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Sébastien Raoult, originaire d'Épinal (Vosges), 21 ans, plaide "non coupable". Il est accusé de cybercriminalité par le FBI. Le vendredi 27 janvier 2023, il a comparu en personne, assisté d'un traducteur, devant la juge fédérale Michelle Peterson qui lui a signifié les charges pesant contre lui.

L'avocat commis d'office assurant sa défense pour le moment a expliqué qu'il plaidait "non coupable" à ce stade de la procédure. L'accusation ayant évoqué un "risque de fuite", la magistrate a décidé qu'il serait maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience, fixée au lundi 3 avril, a appris l'Agence France-Presse (AFP).

Sébastien Raoult a été arrêté le 31 mai 2022 à l'aéroport de Rabat-Salé à la demande de la justice américaine. Il a été extradé mercredi 25 janvier par le Maroc. L'ex-étudiant risque jusqu'à 116 ans de prison s'il est reconnu coupable de cybercriminalité

Pour ses parents, le combat continue

"Se payer un avocat aux Etats-Unis c'est exorbitant. C'est de l'ordre de 100.000 à 200.000 euros pour assurer la totalité de la défense", a expliqué mercredi 25 janvier à France 3 Lorraine Paul Raoult, le père de Sébastien. "Je suis toujours aussi déterminé, d'une part pour mon fils pour que ça se passe bien pour lui, mais aussi en tant que citoyen. Cette affaire a révélé des zones d'ombres, on se rend compte que dans le domaine de l'entraide internationale des magistrats, des fonctionnaires, des ministres peuvent faire ce qu'ils veulent et ne pas avoir de compte à rendre à personne", a-t-il ajouté. 

Sébastien Raoult est poursuivi par la justice américaine avec deux autres ressortissants français, Gabriel Bildstein, 23 ans et Abdel-Hakim El-Ahmadi, 22 ans.