Arnaque à l'isolation à 1 euro dans les Vosges, "la pompe à chaleur ne marche toujours pas "

Changer sa chaudière ou isoler ses combles pour 1 euro ? C'est possible. Mais attention : les arnaques sur ce programme d’économie d’énergie se multiplient. Dans les Vosges, un habitant d'Épinal raconte sa mésaventure.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans les Vosges, à Épinal, Philippe Colle, la cinquantaine, a été démarché par une entreprise pour se faire poser une pompe à chaleur. "Une super pompe à chaleur à un euro, c’était donc magnifique". Sur le coup, il se dit que ça peut être intéressant. "J’ai signé le devis sans trop regarder". Une isolation des combles, une isolation du sous-sol et la pose d’un chauffe-eau thermodynamique. Avec la pose d’une pompe à chaleur.

Et là vous appelez le chauffagiste et il vous dit : mais non ça ne peut pas marcher. Il manque ceci, il manque cela.

Philippe Colle

Et trois semaines plus tard, plusieurs entreprises sont venues pour l'installation du matériel. Mais ensuite, chez lui, il faisait à peine 18 degrés. "Et là, vous appelez le chauffagiste et il vous dit : mais non ça ne peut pas marcher. Il manque ceci, il manque cela".

Ainsi, en regardant le devis d’un peu plus près, il se rend compte qu’il manque beaucoup de choses.

À l’heure actuelle, vendredi 8 décembre 2023, la pompe à chaleur ne fonctionne toujours pas. "Moi, ça ne m’a rien coûté, car tout a été pris en charge dans le devis". Et quand il en parle, tout le monde est surpris du coût, "et encore une fois, moi ça ne m'a rien couté. Tout a été directement versé aux entreprises". Philippe ne souhaite pas communiquer le montant des travaux.

Quand on regarde un peu au plafond, l’isolation n’est pas complète. Les entreprises ont juste contourné les tuyaux. Et même ici, dans un endroit difficile ils n’ont rien mis.

Pierre Lambert, artisan-chauffagiste

Quelques semaines plus tard, à la demande de Philippe Colle, un artisan-technicien arrive chez lui afin de constater des dégâts. "Quand on regarde un peu au plafond, l’isolation n’est pas complète. Les entreprises ont juste contourné les tuyaux. Et même ici, dans un endroit difficile, ils n’ont rien mis", raconte Pierre Lambert, artisan chauffagiste.

En se déplaçant dans le sous-sol, certes exigu, on peut voir qu'il n’y a pas d’isolation sur une partie de la surface. "Les tuyaux ne sont pas posés dans les règles de l’art". Le chantier n’est même pas terminé. "Les câbles électriques ne sont pas tendus correctement. La traversée du mur n’a pas été rebouchée donc on a de l’air froid qui passe". Et c’est Philippe Colle, lui-même, qui a mis du ciment pour boucher le trou. La pompe à chaleur ne fonctionne pas ? "Non. Il y a un problème de transfert entre l’unité intérieure et extérieur. C’est un peu technique certes mais elle consomme du courant et ne produit pas de chaleur", répond Pierre Lambert.

Mise en garde

Les arnaques sur l'isolation des combles à 1 euro sont de plus en plus nombreuses. Lors d'une conférence de presse, la CAPEB, le syndicat patronal de l’artisanat du bâtiment, lance l’appel de la dernière chance.  "Les entreprises artisanales se font prendre les marchés par des entreprises frauduleuses, avec une force de vente très structurée, des montages financiers douteux, ou encore avec des devis et un reste à charge à un euro (malgré l’arrêté du 27/06/2023)", indique la CABEB dans un communiqué. "À défaut d’aide ou par manque de financement d’un reste à charge trop lourd, les ménages ne pourront pas réaliser les travaux. Ils resteront en situation de précarité".

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a enregistré une hausse de 20 % en 2022 des plaintes de consommateurs sur des rénovations énergétiques. Un établissement sur deux contrôlés n'était pas en règle.