Liquidation de la SASP Gamyo Epinal : le parquet ouvre une enquête sur la gestion du club

Après la décision du tribunal de commerce, ce jeudi 26 avril, de liquider la société SASP Gamyo Epinal gérant le club de hockey, faute de ressources financières, le procureur de la République, Etienne Manteaux, a annoncé l'ouverture d'une enquête sur la gestion "erratique d'amateur" du club vosgien.
Romain Casolari, président de la SASP Gamyo Epinal, sortant du tribunal de commerce, le 27 mars 2018.
Romain Casolari, président de la SASP Gamyo Epinal, sortant du tribunal de commerce, le 27 mars 2018. © FTV

"Je n'exclue pas à cette heure, compte tenu de l'énormité du passif et d'une quasi-absence de gestion administrative du club, qu'on puisse envisager des poursuites pénales, par exemple pour banqueroute."


Etienne Manteaux, le procureur de la République d'Epinal n'a pas mâché ses mots, ce jeudi 26 avril 2018, quelques minutes seulement après l'annonce, par le tribunal de commerce, de la liquidation de la Société Anonyme Sportive et professionnelle (SASP) Gamyo Epinal gérant depuis deux ans le club de hockey de la ville.

Une décision inévitable après que le président, Romain Casolari, a annoncé lors de l'audience de mardi qu'il ne remettrait plus d'argent frais dans la structure.

"Gestion d'amateur"

Mais pour le procureur de la République, "l'amateurisme de la gestion du club" va bien au-delà du simple phénomène habituel observé en cas de liquidation d'une société.

Selon lui, jamais, depuis sa création en 2016, la SASP n'a fonctionné correctement.
"La SASP Gamyo Epinal a été gérée avec amateurisme"

Et le mode de gestion de ces derniers mois n'a fait qu'empirer la situation du club de hockey sur glace d'Epinal.

"La fuite en avant des dirigeants dans leur gestion a provoqué un creusement de la dette qui atteint aujourd'hui 1,4 millions d'euros. Une dette qui va devoir être prise en charge par la collectivité."

Enquête judiciaire ouverte

Et le procureur Etienne Manteaux d'ajouter :"le parquet va enquêter pour déterminer s'il existe des fautes de gestion caractérisée. Si cela était avéré, M. Casolari pourrait faire l'objet de sanctions par le tribunal de commerce, pouvant aller jusqu'à l'interdiction de gérer une société."

Dans l'attente de connaître les résultats de l'enquête que vient d'ouvrir le parquet et de ses éventuelles suites judiciaires au commercial voire au pénal, une seule chose est désormais certaine.

C'est la fin de l'aventure du parcours des hockeyeurs d'Epinal en Ligue Magnus. Avec cette liquidation, ils vont se retrouver la saison prochaine rétrogradé en National, la 3e division du hockey. avec comme incertitude supplémentaire, la situation à venir de l'école de hockey.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hockey sur glace sport justice société