Gérardmer : un Noël tristounet pour les stations de ski des Vosges

Les stations de ski obligées de tourner au ralenti pendant les vacances de Noël non pas à cause du manque de neige mais en raison de la crise sanitaire. Dans son allocution télévisée du mardi 24 novembre, le président de la République a indiqué qu'elles ne pourraient rouvrir que courant janvier.
Un téleski de La Bresse en attente de client... Pour quelques semaines encore.
Un téleski de La Bresse en attente de client... Pour quelques semaines encore. © David Bailly. France Télévisions
Comme beaucoup de français, les professionnels de la montagne et du tourisme dans les Vosges ont attentivement écouté le Président de la République ce mardi 24 novembre 2020. Au lendemain de cette allocution télévisée, Nicolas Claudel le directeur de la station de ski de la Bresse n'en revenait toujours pas: "On est sidérés. Les professionnels de la montagne et le gouvernement travaillaient ensemble pour des annonces début décembre, c'est donc l'incompréhension totale."

Il y a une vraie inquiétude, c'est tout simplement la pérennité de nos entreprises qui est en jeu.

Nicolas Claudel, directeur de la station de ski de la Bresse

"L'hiver dernier, on a déjà souffert du manque de neige et là c'est la crise sanitaire". Pour ce responsable de station qui gère 34 pistes et 16 remontées mécaniques, la fermeture à Noël représente une perte de chiffre d'affaire estimée à 25% de l'activité d'une année. Nicolas Claudel aimerait au moins avoir un calendrier pour pouvoir se projeter à partir de janvier.

Fort impact pour l'économie montagnarde

"Nous sommes déçus pour le massif des Vosges car ça va avoir un impact dur pour l'économie montagnarde". A Gérardmer, Bruno Poizat le directeur de l'office de tourisme intercommunal des Hautes Vosges est lucide mais ne veut pas être trop pessimiste: "A Noël, on est une destination avec ou sans neige. Ceux qui viennent pour le ski c'est 20 à 30% des touristes. L'an dernier malgré l'absence de neige à Noël, on a eu un taux de remplissage de 90% et notre chance c'est d'avoir beaucoup de meublés de tourisme. Maintenant c'est sûr que la fermeture des restaurants et des bars est un gros handicap. Cela va être moins festif et plus tristounet".

Les hôteliers et restaurateurs dépités

"Je suis dépité, je suis dégoûté". François Cornil le président du groupement des hôteliers-restaurateurs de Gérardmer qui  représente 120 établissements ne parvenait pas à cacher son abattement au lendemain de l'intervention du chef de l'Etat. "Il faut savoir que dans nos métiers le mois de décembre représente 15 à 20% du chiffre d'affaire annuel."

Comment voulez-vous que les hôtels tournent si les restaurants n'ouvrent pas?

François Cornil, président du groupement des hôteliers-restaurateurs de Gérardmer

"En 2020, on aura connu cinq mois de fermeture. Les vacances de Noël cela veut dire aussi 150 saisonniers sur la touche sans parler de tous ceux qui travaillent dans le secteur du ski". 

Se diversifier pour sauver les meubles

Se diversifier, cela fait longtemps dans les Vosges que les professionnels confrontés régulièrement au manque de neige ont appris à le faire. Dimitri Guillaume a une petite structure de location de ski à la Bresse. "Heureusement à côté du matériel de ski, j'ai commencé  à proposer à la location des trottinettes électriques mais comme une bonne partie de ma clientèle vient du Luxembourg et de Belgique je ne sais pas si avec le contexte sanitaire ils vont pouvoir venir dans les Vosges".

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature covid-19 santé société ski sport massif vosgien parcs et régions naturelles