Municipales 2020 à Gérardmer. Un second tour avec un air de déjà-vu

C'est un second tour identique au premier qui s'annonce le 28 juin pour l'élection municipale de Gérardmer. Aucune alliance ne s'est faite entre les trois listes. Le maire sortant Stessy Speissmann était arrivé en courte tête, 43.4%, devant Bernard Caël (DVC), 39.3%, et Eric Defranould (DVG), 17.3%.

Deux listes divers-gauche et une liste divers-centre s'affrontent à Gérardmer pour ce second tour.
Deux listes divers-gauche et une liste divers-centre s'affrontent à Gérardmer pour ce second tour. © Pierre Heckler. MaxPPP.

On prend les mêmes et on recommence. A Gérardmer (Vosges), le choix des électeurs pour le second tour de l'élection municipale est identique à celui du premier tour. Dimanche 28 mai 2020, les Gérômois auront trois bulletins devant eux:

Sans surprise, les tractations entre les trois listes n'ont pas abouti. Eric Defranould affirme avoir été contacté par les deux autres listes, mais il a refusé toute fusion. L'alliance avec Bernard Caël était impossible, ce serait un grand écart politique pour Eric Defranould, qui s'est souvent présenté sous l'étiquette communiste. "Nous avions déjà refusé de nous allier avec Stessy Speissmann en 2014, raconte Eric Defranould. Et nous trouvons que son équipe est de moins en moins de gauche."

Un ralliement d'Eric Defranould et ses 17,3% aurait pourtant pu faire basculer l'élection. Seuls 4 points séparent Bernard Caël et Stessy Speissmann à l'issue du premier tour, soit 135 voix.

Retour à la case départ

Pour Stessy Speissmann, la crise sanitaire rebat complètement les cartes. "Ce second tour s'annonce comme un nouveau 1er tour. On repart avec une nouvelle dynamique de campagne, presque comme si c'était une nouvelle élection."

Pour le maire en place, en plein bouclage du budget municipal, ce n'était pas le moment de faire des élections. Mais le fait d'avoir été aux affaires pendant le confinement pourrait lui profiter. "L'avantage d'être en place, c'est que nous avons pu montrer nos compétences. La gestion de crise a été honorable", assure Stessy Speissmann.

C'est un nouveau 1er tour.

- Stessy Speissmann, candidat divers-gauche et maire de Gérardmer

Du côté de la liste de Bernard Caël, on affirme repartir avec un esprit positif, satisfait d'avoir fait jeu égal avec l'équipe sortante lors du premier tour du 15 mars 2020. "La situation de campagne est inédite. Le confinement a profité à l'équipe en place", explique Bernard Caël.

Pour autant, il défend un programme "visionnaire", selon ses termes. "Nos thèmes de campagne ont été validés par le Covid. Nous voulons un campus connecté à Gérardmer, et nous voulons profiter du télétravail. Ainsi, les étudiants et les salariés peuvent vivre à Gérardmer tout en suivant des cours à distance ou en travaillant pour leur entreprise à Paris ou ailleurs."

Le confinement a profité à l'équipe en place.

- Bernard Caël, candidat divers-centre

Eric Defranould se contente d'une campagne minimaliste, contraint par l'impossibilité de faire des réunions publiques. Un tract, une profession de foi, peut-être un facebook live. "Personne ne s'intéresse à cette campagne", déplore le conseiller municipal sortant.

Eric Defranould continue sur sa lignée, à défendre un tournant écologique à Gérardmer. "C'est maintenant ou jamais, affirme-t-il. Il faut développer la pratique du vélo, trouver des sources d'énergie propres, comme des panneaux solaires, et maîtriser les investissements sur la station de ski". 

Personne ne s'intéresse à cette campagne.

- Eric Defranould, candidat divers-gauche

Trois candidats, trois idées

"Pour la première fois, les Gérômois vont payer les déficits de la station de ski, après un hiver catastrophique. Il faut arrêter de courir après La Bresse et d'investir massivement pour le ski. Ensuite, je propose de défendre tous les services publics locaux, et en particulier l'hôpital. La crise a montré qu'on a en besoin, notamment le service d'urgences qui est toujours en sursis. Et je veux installer des capteurs solaires sur les toits des bâtiments municipaux, et des hydroliennes dans la Jamagne."

"Avec la crise économique qui s'annonce, nous allons apporter un soutien aux entreprises fragilisées, avec un soutien à l'installation ou à l'extension. Je veux aussi mettre en place un grand plan vélo, pour favoriser les mobilités douces, avec une première réalisation dès cet été. Enfin, je souhaite installer une cantine scolaire au coeur de ville, pour éviter le transport et gérer les circuits courts. Le site est encore à étudier."

"Le label Campus connecté permettra à des jeunes Gérômois de suivre des formations à distance, ce qui serait un plus pour ceux qui sortent des sections Sport Etude ou ceux qui n'ont pas les moyens de rejoindre les grandes villes. Nous voulons une véritable voie verte pour les vélos. Cela fait longtemps qu'elle devrait exister. Et nous voulons renforcer les effectifs de la police municipale, qui sont trop peu nombreux actuellement. Dans un premier temps, ce sera deux embauches."

Tensions autour de l'urbanisme

Avec l'augmentation ces dernières années du nombre de constructions, notamment à destination des touristes, la question de l'urbanisme est sensible à Gérardmer. Pour les trois candidats, il parait important de revoir le Plan local d'urbanisme (PLU).

Alors que l'association Gérardmer Patrimoine Nature, principale détractrice de l'action communale, et le maire se disent chacun ouverts au dialogue, les discussions sont crispées depuis quelques temps.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter