"Sauvez 1000 nichées", une opération de sauvegarde des oiseaux menacés dans les Vosges

Pendant la période de reproduction, du 15 mars au 15 août, les oiseaux sont fragilisés. Pour préserver les nichées, l'association vosgienne Oiseaux nature fait appel aux volontaires pour une opération de recensement des espèces nicheuses dans des friches en régénération.

La biodiversité est en berne, on le sait, les populations d'oiseaux sont en déclin, moins 30 % entre 1990 et 2020, avec une perte globale de 20 millions d'oiseaux chaque année en Europe.

L'idée de l'opération c'est d'avoir des observations quantitatives et standardisées sur une quarantaine de sites des Vosges

Louis-Michel Nageleisen, membre de l'association Oiseaux nature

Mais qu'en est-il exactement dans le massif des Vosges ? L'association Oiseaux nature qui œuvre à la préservation des espèces communes, menacées ou non, a voulu en savoir plus en lançant, en 2024, l'opération "Sauvez 1000 nichées" :

"Le déclin des oiseaux est admis au niveau national mais localement, on manque d'arguments techniques et quantitatifs. Tous les ans, un arrêté est pris pour la chasse et on s'aperçoit que tout un tas d'espèces chassables ont un statut en régression.

L'idée de l'opération "Sauvez 1000 nichées", c'est d'avoir des observations quantitatives standardisées sur une quarantaine de sites avec un protocole bien précis, afin d'avoir des données sur les espèces qui nichent dans les Vosges pendant la période du printemps et du début de l'été" explique Louis-Michel Nageleisen, membre du conseil d'administration de l'association vosgienne Oiseaux nature.

Une reconnaissance à l'œil et au chant

Les friches forestières en régénération sont particulièrement ciblées par l'association car elles sont propices à l'installation des oiseaux nicheurs au sol et dans les essences qui repoussent naturellement après une coupe forestière.

"On peut y trouver des espèces protégées communes comme la fauvette à tête noire, le rouge-gorge familier ou le pouillot véloce, mais aussi des espèces moins connues comme le pouillot fitis", précise la naturaliste Oriane Vavon, qui travaille avec l'association Oiseaux Nature. "On trouve aussi des espèces menacées comme le bouvreuil pivoine et le bruant jaune."

Nicolas Berard s'est porté volontaire pour faire des relevés. Pendant quatre mois, cet habitant du Tholy devra revenir sur une même parcelle pour observer la présence d'oiseaux et écouter leur chant :

"J'ai tout de suite dit oui, pour moi qui suis producteur de plantes médicinales, les oiseaux sont des alliés et je voulais faire ma part. On parle de perte de biodiversité, cela reste un concept général, avec cette opération je peux agir concrètement".

On a plus le temps de raser ces milieux, il faut les préserver si on veut encore vivre dans un monde où il reste des oiseaux

Oriane Vavon, naturaliste

Pour la naturaliste indépendante Oriane Vavon, il faut une prise de conscience rapide et collective :

"Le but, c'est de sensibiliser les gens à des espèces proches de chez eux auxquels ils peuvent s'attacher, dans des endroits qui peuvent paraître moches, mais qui ne sont pourtant pas vides ! Il faut sensibiliser le grand public, les entreprises, on est dans une ère d'effondrement de la biodiversité, et on a plus le temps de raser ces milieux. Il faut les préserver si on veut encore vivre dans un monde où il reste des oiseaux pour nous et les générations suivantes."

Interdiction de tailler les haies du 15 mars au 15 août

Depuis trois ans, la taille des haies est interdite chez les particuliers au printemps et une partie de l'été par arrêté préfectoral. Une réglementation encore peu connue des habitants comme en atteste notre reportage réalisé à l'été 2023. En cas de manquement à cette règle, le contrevenant risque pourtant 750 euros.

Cet arrêté, c'est un premier pas important pour l'association Oiseaux nature qui veut aujourd'hui aller plus loin :

"Les travaux de déforestation posent problème pour les oiseaux nicheurs, ils se font souvent avec des engins mécanisés, broyeurs et gyrobroyeurs, qui détruisent les nids d'espèces parfois protégées et menacées, il faut vraiment une prise conscience pour pouvoir par exemple décaler ces travaux à l'automne" précise Louis-Michel Nageleisen.

Si vous êtes intéressé par l'opération de recensement, vous pouvez contacter directement l'association.