121 jeunes apprentis pompiers-volontaires de l'Oise réunis à Tillé pour passer leur brevet

© @SDIS60
© @SDIS60

121 adolescents sont arrivés ce matin à l'état-major du SDIS de l'Oise à Tillé pour un camp unique en France : pendant 4 jours, ils passeront les épreuves pour devenir sapeur-pompier volontaire. D'habitude, il faut plusieurs mois pour obtenir le brevet.

Par Jennifer Alberts


Examens écrits sur les techniques incendie notamment, épreuves sportives, activités de cohésion... Pendant 4 jours, 121 jeunes Isariens de 15 à 16 ans vont tenter d'obtenir le sésame qui fera d'eux des sapeurs-pompiers volontaires. Un camp organisé par le SDIS de l'Oise et qui finalise 3 à 4 années d'apprentissage.

C'est la première fois en France qu'une session de brevet de Jeunes Sapeurs-Pompiers est ainsi concentrée sur quelques jours. D'habitude, les examens, épreuves et sessions de rattrapage sont étalés sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Résultat : les jeunes sapeurs-pompiers volontaires n'étaient pas opérationnels avant octobre. 

Avec ce camp, les JSP qui auront réussi leur brevet seront officiellement sapeurs-pompiers volontaires dès vendredi soir. Ils repartiront même chez eux avec leur tenue ! Ceux qui devront passer le rattrapage le feront immédiatement sur place. 

Les 121 courageux viennent des 42 centres de secours du département. Parmi eux, 25 jeunes filles. Encadrés par 21 animateurs, ils sont arrivés ce matin et ont pris leurs quartiers dans les locaux de l'état-major du SDIS 60 à Tillé.

121 jeunes apprentis pompiers-volontaires de l'Oise réunis à Tillé pour passer leur brevet
Reportage Tristan Baudenaille, Clément Jean-Pierre et Léo Ségala ; avec Lieutenant Vincent Greffe, chef du bureau de formation ; Lieutenant-colonel Jean-Luc Désira, pompier de l'Oise ;

Une innovation qui a séduit Gérard Collomb : le ministre de l'Intérieur n'a pas manqué d'intégrer le tweet du SDIS 60 dans ses favoris : 
 


Les "aventures" de ces futurs pompiers-volontaires sont à suivre chaque jour sur la page Facebook du SDIS 60.

Sur le même sujet

Témoignage du père d'un patient de l'hôpital Pinel

Près de chez vous

Les + Lus