Cet article date de plus de 8 ans

Transpole : polémique autour d'une enquête de satisfaction

Un questionnaire de Transpole liant implicitement insécurité et gens du voyage fait polémique. Eric Quiquet, vice président transports de Lille Métropole se dit "stupéfait". Explications. 
Un bus Transpole à Lomme en 2011.
Un bus Transpole à Lomme en 2011. © Sn59320
Le questionnaire s'adresse aux usagers de Transpole. Il a été mis en ligne vendredi en fin de journée et est destiné à un panel
de 3.000 à 4.000 usagers de Transpole. Ils y sont invités à donner leur avis sur la qualité du service, les horaires, leurs habitudes. Parmi les questions, celle-ci a surpris certains usagers : "Voici des situations qui peuvent arriver en station ou dans les véhicules. Indiquez pour chacune le degré d'insécurité que vous pouvez ressentir". Parmi les propositions de réponses : "Vous êtes presque seuls dans une station ou un arrêt", "Vous apercevez des faudeurs..." etc.. Et un peu plus bas cette proposition : "Il y a des gens du voyage dans la station ou la rame".
© Capture d'écran réalisée par le compte Twitter @hellemmesroms, collectif défendant les Roms à Hellemmes.

Une proposition qui n'est pas passée inaperçue. Ce vendredi, sur le réseau social Twitter, le compte @hellemmesroms, collectif regroupant des citoyens d'Hellemmes-Lille (Nord) favorables à l'accueil de familles Roms et des journalistes, Sylvain Marcelli et Sébastien Leroy, ont interpellé à ce sujet le vice-président aux transports de Lille Métropole Communauté Urbaine, Eric Quiquet, qui n'a pas tardé à réagir. 

Ce samedi matin, Eric Quiquet nous a confirmé qu'il désapprouvait fermement cet aspect du questionnaire publié par une entreprise sous contrat avec Lille Métropole Communauté Urbaine (délégation de service public) : "Je trouve que ce questionnaire est stigmatisant. On ne pointe pas comme ça une catégorie de la population. J'espère que c'est une initiative isolée. J'ai appelé Transpole pour leur demander des explications. La ligne jaune a été franchie."

Cette question a été retirée ce samedi matin du questionnaire. "C'était une formulation malheureuse, nous a simplement indiqué le service communication de Transpole. Elle n'apparaît plus sur le site."  Un peu plus tard, l'exploitant du réseau de transports en commun de la communauté urbaine de Lille, Transpole, a retiré complètement de son site internet l'enquête de satisfaction.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique transports en commun