Teknival à Cambrai : les organisateurs s'inquiètent des risques d'explosion de munitions datant des deux guerres

Publié le Mis à jour le

Le terrain de la BA 103 de Cambrai est-il en capacité d’accueillir un Teknival ? C'est la question que pose dans un communiqué le collectif des médiateurs du Teknival 2013 prévu à partir de vendredi. La préfecture les empêcherait de planter des piquets à cause de risque d'explosion.  

Le communiqué du collectif des médiateurs, qui fait le lien entre les groupes et Dj et les autorités pour ce Teknival 2013, commence ainsi : "Lors d’une réunion téléphonique concernant les détails de l’organisation de l’accueil des collectifs techno par la préfecture du Nord-Pas de Calais, hier soir à 18H30, il a été demandé aux médiateurs de faire passer un message de prudence aux participants. Le but de ce message est de d’interdire de planter des piquets dans le sol et d’y creuser des trous car il y a potentiellement des risques d’explosion de munitions suite aux bombardements de la première et deuxième guerre mondiale ?"

Comment peut-on proposer à des dizaines de milliers de jeunes de s’installer pour camper pendant 4 jours sur un terrain dans lequel il y a des risques d’explosions ?



Or, indique le communiqué, un rassemblement comme celui prévu à partir de vendredi impose forcément l'installation de chapiteaux, barnums et structures fixes avec piquets plantés dans le sol. " Nous sommes ébahis de cette révélation. Comment peut-on sérieusement penser qu’installer un
festival de musique, avec des dizaines de scènes, des chapiteaux, des stands et des structures de son et des tours d’éclairage puisse se faire sans arrimer les structures au sol? Comment peut-on proposer à des dizaines de milliers de jeunes de s’installer pour camper pendant 4 jours sur un terrain dans lequel il y a des risques d’explosions ? 
"

Déjà, la semaine dernière, ces bénévoles, coordinateurs de l'événement regrettaient le choix de la BA 103 pour accueillir le Teknival 2013 : "Nous regrettons le manque de concertation sur ce dossier. Malgré de nombreuses prises de contacts depuis la fin d’année dernière, c’est à huit jours de la manifestation qu’on nous impose un site que nous jugeons peu adapté à notre rassemblement !"

La recommandation de la préfecture ajoute donc un élément de plus au mécontentement. Contactée ce mercredi 1er mai, la préfecture du pas-de-Calais a confirmé qu'elle avait bien alerté les organisateurs sur la présence de munitions et leur a demandé de ne pas planter de piquets dans le sol, mais d'utiliser d'autres moyens pour arrimer leurs chapiteaux : "Une étude technique réalisée en 2012 établit que le sol de l’ancienne base aérienne 103 est susceptible de présenter des risques pyrotechniques liés aux bombardements subis par la base durant la Seconde guerre mondiale.
Il est donc interdit de creuser, de forer et, plus généralement, de procéder à toute action trop invasive dans le sol. Par voie de conséquence, les chapiteaux et autres structures devront être ancrés au sol par des lests et non par des piquets trop intrusifs
." Selon la préfecture, ces contraintes étaient les mêmes l'an dernier sur la base militaire de Laon où avait eu lieu le Teknival. 

En 2009, un exercice de simulation avait eu lieu sur la base aérienne de Cambrai pour anticiper l'éventuelle présence de gaz moutarde à proximité d'une rave party.