Menin, ville flamande frontalière, bannit le français de la mairie, remplacé par des pictogrammes ou la langue des signes

L'hôtel de ville de Menin (ou pluôt Menen). / © LimoWreck
L'hôtel de ville de Menin (ou pluôt Menen). / © LimoWreck

Le dessin d'une maison pour une attestation de domicile, un drapeau pour  un passeport : à Menin, petite ville de Flandre belge située à la frontière française (avec Halluin), les administrés francophones ne seront plus reçus en français mais en langue des signes et par des pictogrammes.

Par AFP

Située à un jet de pierre de Lille, et bien connu des promeneurs du dimanche venus de tout le Nord, Menin, ville de 32.000 habitants compte de nombreux résidents français. Elle partage même sa rue principale avec Halluin, sa voisine située en France.

Mais depuis 1996, la loi belge stipule que les deux plus grandes régions belges sont "unilingues": les communes situées en Flandre (nord) sont administrées en néerlandais et celles en Wallonie (sud) en français. Les 19 communes de la région bruxelloises sont gérées dans les deux langues, tout comme certains communes jouxtant la capitale ou longeant la frontière administrative entre la Flandre et la Wallonie.

Application stricte de la loi


Mais Menin, malgré sa proximité avec la France et la Wallonie, et malgré ses quelque 1.600 habitants français ou francophones, est une commune où le néerlandais est la seule langue légale de l'administration. La bourgmestre (maire) de la ville, la chrétien-démocrate flamande Martine Fournier,
qui gère la municipalité avec le parti nationaliste Nouvelle alliance flamande (N-VA), a décidé d'appliquer strictement la loi et d'interdire, à partir du 1er
janvier, que les fonctionnaires de son administration s'adresse en français aux personnes qui se présentent aux guichets sans connaissance du néerlandais.

Certains personnes habitent ici depuis des décennies et ne parlent toujours pas un mot de néerlandais.



"Certains personnes habitent ici depuis des décennies et ne parlent toujours pas un mot de néerlandais. Il faut mettre en place des instruments pour éviter la francisation", a-t-elle expliqué jeudi dans la presse belge.

Les fonctionnaires devront garder le silence ou parler par signes 


Les fonctionnaires locaux, lorsqu'ils seront confrontés à des francophones, devront soit garder le silence, soit leur expliquer les démarches à suivre en leur montrant des images  ou en s'exprimant par signe. La mesure a reçu le soutien du ministre régional chargé de l'Intégration, Geert Bourgeois, qui l'a jugée "logique", en rappelant qu'à Lille, un citoyen flamand n'est jamais servi en néerlandais.

RTL.be a réalisé un reportage sur la situation à Menin dans son édition de ce mercredi 4 septembre. 
videomenin



Tensions entre Wallons et Flamands

La Belgique est proie depuis des décennies à des tensions récurrentes entre Flamands et francophones. Depuis le succès de la N-VA aux municipales d'octobre 2012, des élus ont pris plusieurs initiatives jugées discriminatoires par les francophones.

Une baraque à frites de Courtrai, une ville située elle aussi à proximité de la France,  a par exemple du changer son nom, "Friture Grand Place", aux tonalités bien trop françaises.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dimanche en politique - 30 ans après l'affaire du voile à Creil, reste-t-il des traces ?

Les + Lus