Cet article date de plus de 8 ans

Valenciennes : inquiétude à l'usine PSA après l'abandon d'un projet d'investissement de 220 millions d'euros

Le syndicat CGT de l'usine PSA-UMV de Valenciennes s'inquiète pour l'avenir du site qui ne produira pas finalement de boîtes de vitesses nouvelle génération censées équiper les prochains modèles des marques Peugeot et Citroën.  
La CGT critique le "désinvestissement" du groupe PSA, notamment dans les boîtes de vitesses. Son PDG, Philippe Varin, a annoncé mercredi "sa
décision de ne pas produire en interne les boîtes automatiques DCT, au détriment du site de Valenciennes qui avait été sélectionné pour cette production
", explique le syndicat dans un communiqué. La production de la DCT,  une boîte automatique moderne à double embrayage, devait assurer l'avenir de l'emploi dans l'usine, où travaillent quelque 2 200 personnes. Elle serait finalement confiée à des sous-traitants comme l'Allemand Getrag ou le Japonais Aisin, selon la CGT.

Un projet alternatif à l'étude ?


"Il y a maintenant deux ans, Denis Martin, le DRH du groupe à l'époque, était venu annoncer la nouvelle" de la sélection du site de Valenciennes, qui devait se traduire par 220 millions d'euros d'investissements et 400 à 800 embauches fermes, selon Cédric Brun, secrétaire du syndicat CGT à Valenciennes. La CGT avait l'espoir d'une autre boîte de vitesse "un peu moins moderne", mais qui devait tout de même s'accompagner d'un "investissement de 100 millions d'euros", mais la réponse pour ce projet a été "repoussée à mi-2014", selon M. Brun.

L'usine fabrique actuellement trois modèles de boîtes de vitesse, dont une, automatique à quatre rapports, devrait voir sa production s'arrêter à l'horizon 2017, selon M. Brun, qui craint qu'il n'y ait du coup 250 salariés en trop sur le site. Il redoute des "mutations forcées, sans possibilité de refus". La direction de l'usine, elle, s'est montrée rassurante dans les colonnes de La Voix du Nord : "Le site s'est vu confirmer la perspective de produire 1.5 million de boîtes de vitesses entre 2014 et 2016", affirme-t-elle.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie