Cet article date de plus de 7 ans

Municipales à Lambersart : les défections dans le camp de Marc-Philippe Daubresse se multiplient

Le député-maire de Lambersart, Marc-Philippe Daubresse doit déjà faire face à 4 listes de la droite et du centre contre lui pour les municipales. Après l'annonce de candidature de son premier adjoint Yvon Cousin, il a retiré leurs délégations à deux conseillers de la majorité ce vendredi.
Marc-Philippe Daubresse devant Frédéric Dehaeze, conseiller délégué à la jeunesse depuis douze ans qui a appris vendredi qu'il était suspendu de ses fonctions.
Marc-Philippe Daubresse devant Frédéric Dehaeze, conseiller délégué à la jeunesse depuis douze ans qui a appris vendredi qu'il était suspendu de ses fonctions. © Photo Frédéric Dehaeze
Marc-Philippe Daubresse affrontera son premier adjoint aux municipales Yvon Cousin qui a confirmé sa candidature jeudi : cela porte à 4 le nombre de listes de droite et du centre contre le maire élu depuis 1988.
Vendredi, le maire a fait savoir à deux conseillers municipaux de la majorité qu'il leur retirait toutes leurs délégations par un simple mail adressé au directeur général des services de la ville. 
Frédéric Dehaeze, conseiller délégué à la jeunesse depuis douze ans, et Bernard Coffyn, délégué depuis treize ans entre autres aux relations internationales, à la protection civile et aux affaires militaires, ont tous deux fait les frais de la déclaration d’Yvon Cousin.

Bernard Coffyn : "C'est la monarchie absolue!"

"C'est complètement dingue, nous a précisé Frédéric Dehaeze ce dimanche, j'étais avec lui le matin dans le cadre d'une remise de prix d'un concours de photos dont j'étais à l'initiative, j'ai senti qu'il ne me regardait pas dans les yeux. Il a remis les prix comme si rien n'était alors que l'arrêté suspendant ma délégation a été pris la veille. Je lui ai donné 12 ans de ma vie, en étant dans son équipe. S’il m’avait pris à part, j’aurais compris qu’il me retire la délégation, je lui avais dit en mai que je n'étais plus d'accord avec sa façon de faire de la politique". L'intéressé a depuis reçu plusieurs messages de soutien sur les réseaux sociaux.
Le son de cloche est semblable chez Bernard Coffyn. « Je le vis mal, c’est incompréhensible. On a l’impression que tous ceux qui ont de l’estime pour Yvon Cousin sont exclus. C’est la monarchie absolue !» a-t-il confié à la Voix du Nord.

Marc-Philippe Daubresse : "c'est moi la victime!"

Marc-Philippe Daubresse nous a livré sa version des faits : "M. Dehaeze, à plusieurs reprises, y compris sur son site internet, a mis en cause la politique sportive de la mairie, il aurait dû privilégier la solidarité par rapport aux décisions municipales qui sont prises. Il ne doit pas y avoir un pied dedans et un autre dehors… Depuis 15 jours il recrutait des personnes pour être sur une liste opposée à la mienne. C’est moi la victime, parce que j’ai 3 membres de mon équipe qui depuis plusieurs semaines font campagne pour monter une liste contre moi. Une mairie, c'est comme une entreprise, vous êtes membres d’une équipe, vous ne pouvez pas exprimer à l’extérieur des positions contraires."

Lettre d'Yvon Cousin aux Lambersartois

Dans une lettre diffusée aux Lambersartois, Yvon Cousin  dénonce un conseil municipal transformé en "Cour adhérant au culte de la personnalité".
Il sera donc un nouvel opposant au maire de Lambersart, avec Daniel Pouppeville, Nicolas Bouche,Olivier Fauchille et à gauche Pierre-yves Pira.
Marc-Philippe Daubresse déclarait lui à la Voix du Nord le 12 octobre dernier « aucun  de ces compétiteurs prétendument centristes ne s’inscrit dans une ligne officiellement reconnue. Mon meilleur score à une élection, je l’ai obtenu aux législatives de 2002 alors que j’avais quatorze candidats face à moi dont six de la droite et du centre .»

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique