• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Rythmes scolaires : la carte de la grogne en Nord Pas-de-Calais

Ce contenu n'est plus disponible

Des mouvements d'enseignants, d'agents municipaux et parents sont prévus ce mercredi et jeudi. Ils protestent contre la réforme des rythmes scolaires. 

Par Emmanuel Magdelaine

Mercredi ou jeudi, des manifestations ou boycott de l'école sont prévus dans plusieurs communes du Nord Pas-de-Calais : Templeuve, Polincove, Condé-sur-l'Escaut, Etaples, Caudry, Cartignies... Dans certaines communes, la réforme est déjà en place. Dans d'autres, elle devra l'être à la rentrée prochaine. 

Une carte de la grogne à compléter avec vous

Nous avons reçu de nombreux mails ou coups de téléphone pour nous signaler ces manifestations. Nous en avons mis quelques-unes sur la carte ci-dessus. Elle n'est pas exhaustive. Si vous organisez une manifestation, n'hésitez pas à nous écrire à france3nordpasdecalais@gmail.com ou à laisser un message dans les commentaires de cet article. Nous complèterons au fur et à mesure la carte (qui ne présage en rien de la forte ou faible mobilisation selon les communes...).

Le soutien de certains syndicats

Plusieurs syndicats ont appelé nationalement à des journées "écoles mortes". Le SNUipp-FSU, notamment, réclame un assouplissement du décret sur les rythmes scolaires pour permettre d'autres organisations, et une table ronde avec tous les acteurs pour résoudre les difficultés. Il prône une grève nationale unitaire début décembre.

Le syndicat Sud, minoritaire, appelle à faire grève contre une journée de rattrapage du lundi de la rentrée.

La CGT, première dans la fonction publique territoriale et Sud, appellent aussi les animateurs et Atsem (aides en maternelle) à la grève nationale : la cantine et autres activités périscolaires pourraient être perturbées dans certaines communes.

Tout le monde ne proteste pas contre cette réforme des rythmes scolaires. Certaines, comme la FCPE et le syndicat Sgen-CFDT, rappellent leur soutien à la semaine de 4,5 jours car les élèves en difficulté ou issus de milieux défavorisés "ont besoin de temps d'apprentissage mieux réparti dans la semaine pour réussir".

93,5% de satisfaits selon le ministère

Avant ces manifestations, le ministère a tenté de calmer le jeu dès la fin de semaine dernière. Il a publié un premier bilan portant sur 3 223 communes, affirmant qu'il n'y avait actuellement "aucune difficulté" dans 93,5% d'entre elles.  "Il y a encore des problèmes", a concédé Vincent Peillon, mais ces chiffres "vont contre ce grand mouvement qui laisse à penser que c'est une catastrophe".

Le ministère a dévoilé aussi des recommandations sur la maternelle, objet des plus fortes critiques, qui seront présentées mercredi au comité de suivi de la réforme.

"Par rapport à il y a six mois, il y a une montée en puissance très claire du mécontentement", relève Laurent Frajerman, auteur de La grève enseignante et chercheur associé à l'institut de recherche de la FSU, première fédération de l'éducation. "La situation est plus dangereuse pour le ministre aujourd'hui", mais "rien n'est joué, s'il sait renouer le dialogue social".


La réforme dans le Nord Pas-de-Calais

179 communes du Nord Pas-de-Calais ont dit "oui" à la semaine de 4 jours et demi dès cette année. 179 sur 1319 communes de la région Nord Pas-de-Calais. 13,5%. 
-Nord : 96 communes sur 597,  326 écoles
-Pas-de-Calais : 83 communes sur 722, 226 écoles

La plupart des communes qui ont choisi d'appliquer la semaine de 4 jours et demi feront travailler les élèves le mercredi matin. Seules quelques communes ont opté pour le samedi matin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus