Cet article date de plus de 6 ans

Les buralistes du Nord Pas-de-Calais dénoncent une hausse de 20% des hold-up en 2013

Les buralistes du Nord/Pas-de-Calais ont dénoncé mardi une augmentation de 20% des vols avec violences dans leurs commerces en 2013 par rapport à l'année précédente, réclamant une présence accrue des forces de l'ordre.

Le client était un habitué du bar-tabac.
Le client était un habitué du bar-tabac. © MaxPPP
"Il y a +20% de braquages avec violences sur notre réseau dans le Nord/Pas-de-Calais par rapport à l'année passée", a déclaré à l'AFP Patrick Brice, président de la Fédération des buralistes Nord/Pas-de-Calais-Aisne-Somme-Ardennes, sans toutefois pouvoir détailler le nombre de ces agressions. "Depuis une semaine, nous avons eu quatre tabacs braqués avec violences", a déclaré M. Brice, qui souhaitait "lancer un cri d'alarme" au nom des 3.500 buralistes qu'il représente.

"Le ministre de l'Intérieur a annoncé partout qu'il avait un plan de sécurité pour les commerces à haut risque, dont les buralistes et sur le terrain, nous ne
voyons personne
", a affirmé le responsable. Ce plan, annoncé fin septembre par Manuel Valls, a été décliné localement en octobre. Deux réunions se sont tenues l'une le 4 octobre et l'autre lundi, avec des représentants de la préfecture et des services de police, a précisé la préfecture du Nord. "Elles ont permis de faire un point sur la mise en oeuvre des mesures", a-t-elle ajouté.

"Un jour ou l'autre un buraliste va commettre l'irréparable"

"Les gens deviennent menaçants, un jour ou l'autre, un buraliste va commettre l'irréparable", a quant à lui observé M. Brice, selon lequel ses collègues "sont à cran". "On ne demande pas un policier à chaque porte, mais des patrouilles de voitures banalisées, des îlotiers qui passent dans les commerces", a dit M. Brice, qui a déjà signé des protocoles de sécurité avec la gendarmerie et avec la police, respectivement il y a un an et en mars. Ces accords prévoient la désignation de référents sécurité qui ont notamment pour mission de faire de la prévention auprès des buralistes.

La question des vols avec violences est d'autant plus préoccupante pour les buralistes de la région en raison de la proximité avec la frontière belge, selon M. Brice, "même si les policiers français ont des accords avec leurs homologues belges". En octobre et novembre, le nombre de vols à main armée dans le département a diminué de 63% par rapport à la même période en 2012, a souligné de son côté la préfecture du Nord.

De plus, les buralistes bénéficient d'aides de l'Etat pour se doter d'équipements de protection, a détaillé la préfecture, qui ajoute que ses représentants sont prêts à rencontrer à nouveau les buralistes pour évoquer leurs difficultés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité