• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Quatre hommes mis en examen dans le nord de la France pour trafic d'armes

Une cellule d'enquête de la gendarmerie de Reims sur un réseau de trafic d'armes. / © MaxPPP
Une cellule d'enquête de la gendarmerie de Reims sur un réseau de trafic d'armes. / © MaxPPP

Quatre hommes interpellés dans le nord de la France et placés en garde à vue lundi dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'armes ont été mis en examen mercredi soir par un juge de Lille. Des armes avaient été saisies à Nieppe (59) et Mont-Bernanchon (62).

Par AFP

Les quatre hommes ont été mis en examen pour association de malfaiteurs et acquisition, détention, cession sans autorisation d'armes ou de munitions de la première à quatrième catégorie en bande organisée. Tous les quatre ont finalement été placés sous contrôle judiciaire strict. Le parquet avait demandé un placement sous mandat de dépôt pour l'un d'entre eux, dont le casier judiciaire "assez chargé", comportait déjà des faits de ce type.

Lundi, une centaine d'armes, dont une cinquantaine de guerre, avaient été saisies dans le cadre d'une enquête de gendarmerie. Ces quatre hommes, âgés de 35 ans à plus de 60 ans, "sont amateurs de toutes sortes d'armes, des armes de guerre, mais également des armes de collection. C'est ce genre d'arsenal qu'on a retrouvé", a indiqué le parquet. Trois communes ont été visées: Nieppe (Nord), Mont-Bernanchon (Pas-de-Calais) et Reims. Selon une source proche du dossier, le trafic était organisé depuis la Belgique vers la France.

Des armes "remilitarisées"

Les gendarmes ont également saisi de nombreuses munitions et des matériels utilisés pour la remilitarisation d'armes de collection. "Les armes étaient acquises, remilitarisées et cédées sur un marché parallèle", a indiqué le parquet. De nombreuses armes d'épaule et de poing, parmi lesquelles des fusils de guerre "d'un certain âge, ce n'est pas ce qu'il y a de plus récent" ont été saisies, a rapporté la gendarmerie. Les armes sont toutefois en état de marche, pour la plupart. L'opération s'est déroulée sur commission rogatoire d'un magistrat de la Jirs (juridiction interrégionale spécialisée) de Lille, sur le chef d'association de malfaiteurs en relation avec un trafic d'armes, selon les gendarmes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus