Cet article date de plus de 6 ans

Hénin-Beaumont : Valls aux voeux de la mairie dimanche, Briois s'insurge

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, invité d’honneur des vœux municipaux héninois. A deux mois des élections municipales, cette présence fait beaucoup parler, à commencer par le principal opposant du maire d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois. 

Manuel Valls, ministre de l'intérieur, le 20 janvier 2014.
Manuel Valls, ministre de l'intérieur, le 20 janvier 2014. © MAXPPP
Après plusieurs annonces et contre-annonces, la venue de Manuel Valls, ministre de l'Intérieur à la cérémonie des voeux de la mairie d'Hénin-Beaumont a été confirmée hier mardi par le député Guy Delcourt dans La Voix du NordJ’ai quitté Manuel Valls, que je connais bien, il y a une heure (NDLR : il était à Lille pour le forum sur la cybercriminalité). Alors que je le saluais de loin, il m’a fait signe de l’approcher. Manuel m’a alors pris par le bras et lancé « Tu seras là dimanche parce que je viens à Hénin-Beaumont ! » (...) Mais Manuel, il est comme ça, il a dû décider ça sur un coup de tête ! En tout cas, ça n’a rien de secret puisque, lorsque je lui ai demandé s’il convenait de mobiliser pour dimanche, il m’a dit « Top ! » »

"Grave immixtion du ministre chargé des élections dans des campagnes municipales en vue de favoriser des candidats issus de sa formation politique."

Cette confirmation de la présence du ministre le plus populaire du gouvernement à Hénin-Beaumont à deux mois du 1er tour des élections municipales a fait bondir Steeve Briois, candidat Front National à la mairie d'Hénin-Beaumont, qui a immédiatement réagi dans un communiqué dont voici un extrait : "La venue de Manuel Valls est choquante à plus d’un titre :

-       d’une part, elle constitue une grave immixtion du ministre chargé des élections dans des campagnes municipales en vue de favoriser des candidats issus de sa formation politique. L’impartialité et la déontologie que lui impose l’organisation des élections sont donc totalement bafouées.

-       elle va à l’encontre de la décision du Conseil Constitutionnel sur le compte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, Manuel Valls détournant clairement l'argent et les moyens de son ministère à des fins électoralistes.

Steeve Briois saisit dès aujourd’hui la Commission nationale des Comptes de campagne et des financements politiques, afin que les dépenses effectuées à l’occasion de chaque venue de Manuel Valls soient intégrées dans le compte de campagne du candidat soutenu."


Les cérémonies de voeux en période électorale sont très encadrées par le code électorale : "Les inaugurations, cérémonies de présentation des vœux à l’occasion de la nouvelle année ou fêtes locales doivent également avoir un contenu neutre et informatif, portant sur des thèmes d’intérêt général. Ces dispositions concernent notamment les discours qui pourraient être prononcés à cette occasion, les documents remis aux participants ainsi que les films présentés.

Risque d'annulation ?

La présence de Manuel Valls à la cérémonie est-elle de nature à rendre partial le contenu de la cérémonie des voeux ? La mairie d'Hénin-Beaumont prend-elle un risque en invitant ainsi Manuel Valls ? Le risque étant que la cérémonie des voeux soit intégré dans les comptes de campagne du maire-candidat. Et comme ces dépenses sont plafonnées, cette prise en compte de la cérémonie des voeux pourrait entraîner l'invalidation des comptes de campagne et donc une nouvelle élection...

Eugene Binaisse, maire d'Hénin-Beaumont, contacté par téléphone, nous a indiqué qu'il "était honoré par la présence d'un ministre" à cette cérémonie. "Chaque année, nous avons un invité. Je me souviens qu'une année, M. Montebourg était venu." Est-ce la mairie d'Hénin-Beaumont qui a invité Manuel Valls ? A cette question, pas de réponse claire. "Je ne souhaite pas répondre mais c'est un honneur pour nous. C'est un élu de la République qui désire venir sur Hénin-Beaumont. C'est plutôt intéressant.".

La présence de M.Valls peut-elle être un signe interprété politiquement et qui risque de ne pas respecter la neutralité prônée par le code électoral ? Là encore, pas de réponse tranchée. "Faire un discours sur la sécurité, ce n'est pas interdit..." Et il conclut : "On verra ce que disent les juges s'ils sont saisis par M.Briois. Il est coutumier de ce genre d'attaques..."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020