Cet article date de plus de 7 ans

Le RC Lens en Ligue 1 : et maintenant ? L'avenir en 5 questions

Après la fête, les questions et les soucis. Quel stade ? Quels moyens ? Quel équipe ? Quel avenir pour un club qui revient de loin ? Premiers éléments de réponse. "Le plus dur, mais surtout le plus beau reste à faire", dit Gervais Martel, président du RC Lens. 

1. Le stade : où va jouer le RC Lens ?

C'est la question la plus épineuse. Au moins jusqu'à maintenant. Les travaux au stade Bollaert-Delelis en vue de l'Euro 2016 en France ont commencé dès cette semaine. Et ils obligent à un exil forcé des matchs à domicile du RC Lens pendant un an à 18 mois.


Où ? Le RC Lens imaginait être accueilli par ses voisins mais a été refroidi par leurs réactions. Ni le LOSC, ni Valenciennes ne se sont montrés accueillants jusqu'à aujourd'hui. A tel point qu'en janvier dernier, Gervais Martel avait lancé un appel "A Lens, on n'est pas des lépreux"

Depuis officiellement, rien n'a évolué mais Lens reste sur sa position et espère infléchir celle des voisins : 10 matchs à Valenciennes, 5 matchs au Stade Pierre Mauroy et 2 (face au PSG) au Stade de France. Voilà pour l'idéal. Michel Seydoux va-t-il céder alors qu'il ne cesse de répéter qu'il restera très ferme sur ce dossier ? Valenciennes Métropole, propriétaire du stade du Hainaut acceptera-t-il de louer son stade aux Lensois ? Selon Daniel Percheron, président du Conseil régional, il ne devrait finalement pas y avoir de souci : « Lens peut raisonnablement espérer jouer où il le souhaite. L’essentiel des matches se tiendrait à Valenciennes, où les élus sont d’accord et où le club n’est pas contre. Il est ensuite vraisemblable que l’on trouve un terrain d’entente avec le LOSC et les élus. Et puis, il pourrait y avoir au moins 2 affiches au Stade de France. »

Optimisme un peu forcé ? Les réponses à ces questions doivent en tout cas arriver vite comme l'a déclaré cette semaine Gervais Martel : "Il faudrait savoir car la DNCG attend notre positionnement en raison des 4 millions d’euros de budget engendrés par la délocalisation. Il y a aussi le calendrier qui doit être envisagé la semaine prochaine par la Ligue. Et tout cela apparaît compliqué puisque nous sommes incapables de répondre." 

Réponse attendue la semaine prochaine.

2. L'entraîneur : Kombouaré, le Lensois

Antoine Kombouaré a de quoi avoir le sourire. Limogé du Paris SG en décembre 2011 alors qu'il occupait la tête de la L1 au profit du prestigieux Carlo Ancelotti, cinq mois seulement après l'arrivée du Qatar à la tête du club, le Kanak a vite rebondi. Nommé à l'été 2013 dans la foulée de la prise de contrôle de l'homme d'affaires azerbaïdjanais Hafiz Mammadov et le retour aux affaires de l'emblématique président Gervais Martel, Kombouaré restera
comme celui qui a su redonner un peu de fierté aux Nordistes en les ramenant en L1 après 3 ans de purgatoire.



Là-dessus donc, pas vraiment de débat. Antoine Kombouaré va continuer en Ligue 1 avec le RC Lens. C'était prévu, c'est ce qui va se faire. 

3. L'actionnaire majoritaire H.Mammadov : des sous ?

Hafiz Mammadov est le sauveur du RC Lens. L'homme d'affaires a investi 20 millions d'euros et a permis de stabiliser financièrement le club Sang et Or (alors en déficit net d'exploitation de 11,8 millions d'euros) et de bâtir une équipe capable d'assurer son retour au plus haut niveau français.
Va-t-il continuer à investir dans le club ? Selon L'Equipe, Gervais Martel, en voyage cette semaine en Azerbaïdjan aurait reçu des assurances de ce côté-là. L'investisseur serait prêt à mettre encore plus d'argent sur la table. Le budget du club pourrait ainsi passer de 25 à 50 millions d'euros, ce qui placerait le RC Lens dans les 10 premiers de Ligue 1 (7 ou 8ème). 

Une situation ainsi résumée par Gervais Martel sur Lensois.com : "Hafiz Mammadov n’est pas comme le propriétaire russe de Monaco ou les Qataris. (...) Mais derrière, nous allons avoir une politique cohérente. En effet, il ne faut pas s’attendre à avoir, l’an prochain, un budget de Lens avec 100 millions d’euros en plus. Non, ce sera un projet cohérent et nous essayerons de travailler pour améliorer le groupe."

4. L'effectif du RC Lens : quel mercato ?

Le recrutement cette saison a été judicieux, à l'image des arrivées des attaquants Yoann Touzghar (transfert définitif, 12 buts), Pablo Chavarria (10 buts) et Danijel Ljuboja (35 ans), précieux pour son expérience et son efficacité (8 buts et 5 passes décisives). Le prêt du jeune gardien du Paris SG Alphonse Areola, champion du monde des moins de 20 ans avec la France en juillet dernier, s'est également avéré être un bon choix. ET pourtant, ce recrutement s'est fait sans gros moyens financiers. La même stratégie sera-t-elle reconduite ? 

Selon l'Equipe, certains joueurs ne seront pas conservés, Antoine Kombouaré devrait faire ses choix cette semaine.. Areola, meilleur gardien de Ligue 2, devrait rester sauf si le PSG, son club, refuse de le prêter une saison supplémentaire. Rudy Riou et Daniel Ljuboja avaient dans leur contrat, une option pour une année supplémentaire en cas de montée. 

Côté recrues, un nom revient avec insistance, celui d'Andy Delort. Gervais Martel n'a pas nié que le meilleur buteur de Ligue 2 faisait partie de ses options pour la saison prochaine. "C'est possible, mais ce n'est pas le sujet", a-t-il lancé ce vendredi soir à Bastia. 

5. Le programme : pas encore les vacances 

Le RC Lens, après la fête de ce week-end, va partir en stage une semaine à Marbella (Espagne) et y jouera notamment un match amical face à l’Atletico-club Portugal, une équipe de D2 portugaise. 

La date de la reprise de l'entraînement pour la saison en Ligue 1 n'a pas encore été fixée. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rc lens sport