Blog : découvrez au fil des jours la vie d'une famille de Béthune dans la Grande Guerre 14-18

Le sergent Léon Mortreux, son oncle Fernand Bar, député de Béthune et ses frères Jules et Pierre portant son tablier de tanneur. Et leur correspondance pendant la grande guerre.
Le sergent Léon Mortreux, son oncle Fernand Bar, député de Béthune et ses frères Jules et Pierre portant son tablier de tanneur. Et leur correspondance pendant la grande guerre.

A partir de ce mois de septembre 2014, nous vous faisons revivre, grâce à un blog, à travers leurs courriers, photos, documents, la vie de 3 frères soldats de Béthune partis au combat en 1914 et de leur famille. Une plongée historique passionnante et émouvante. 

Par France 3 Nord Pas-de-Calais web

"Une famille de Béthune dans la Grande Guerre 14-18" est un blog hébergé par France 3 qui, dans le cadre du Centenaire 14-18, va publier les nombreuses lettres échangées entre le Sergent Léon Mortreux (et ses frères) et son oncle Fernand Bar durant la Grande Guerre. Des documents exceptionnels, jamais dévoilés jusqu'ici. Nous les publierons au fur et à mesure de leur date d'origine, avec 100 ans d'écart. Pour permettre à chacun de revivre au plus près les émotions, les douleurs, la vie quotidienne de cette famille béthunoise ... Nous ne révélerons leur destin qu'au fil des mois et des années. 
Correspondance de guerre : lettres, photos, carte-postales, pendant la guerre 14-18. Léon Mortreux envoyait régulièrement des nouvelles du front à la famille et leur oncle Fernand Bar résidant à Béthune. / ©
Correspondance de guerre : lettres, photos, carte-postales, pendant la guerre 14-18. Léon Mortreux envoyait régulièrement des nouvelles du front à la famille et leur oncle Fernand Bar résidant à Béthune. / ©

La famille Mortreux : des Béthunois dans la Grande Guerre

Dès le début de la guerre 1914-1918, Léon Mortreux est mobilisé et rejoint le 246ème Régiment d'Infanterie à Fontainebleau. En 1914, ses frères Jules et Pierre sont aussi envoyés sur le Front. Comme tous les poilus, les frères Mortreux racontent leur guerre, ce qu'ils vivent, ce qu'ils voient et ce qu'ils ressentent, dans de nombreuses lettres envoyées à la famille résidant à Béthune dans le Pas-de-Calais.

Voici, par exemple, le tout premier courrier envoyé. Tous les autres seront publiés au fil des jours sur notre blog "Une famille de Béthune dans la Grande Guerre 14-18"
 / ©
/ ©

6-8-14
                                                   Sergent Mortreux
                                                   246è Infanterie
                                                   20è Compagnie
                                                   par Fontainebleau

Cher Oncle,
Nous sommes tous prêts à partir aujourd’hui si besoin était à la frontière, je crois notre départ pour samedi prochain.
Certains parlent de Châlons, d’autres de Troyes. Bref ces bruits n’ont aucune base. Pour tout dire, les postes les plus dangereux semblent-ils sont les plus désirés.

J’espère que vous êtes tranquille à Béthune.
Affectueusement, Léon


« Nous sommes tous prêts à partir »


« Nous sommes tous prêts à partir … » traduit l’état d’esprit du Sergent Léon Mortreux début août 1914. Dans cette carte lettre, la première envoyée à son oncle Fernand Bar à Béthune, on perçoit le désir d’en découdre avec l’ennemi.

Après la mobilisation générale décrétée par le gouvernement français le 1er août 1914, Léon Mortreux rejoint son régiment, le 246è Régiment d’Infanterie à Fontainebleau. Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France.

Le 6 août 1914, le sergent Léon Mortreux attend à Fontainebleau de savoir quel sera son prochain lieu de combat. Ce 6 août 1914, il envoie sa première carte-lettre à son oncle Fernand Bar et lui fait part d’un départ imminent sur le front.
Premier courrier envoyé par Léon Mortreux à Fernand Bar, daté du 6 juillet 1914 et envoyé depuis Fontainebleau. / ©
Premier courrier envoyé par Léon Mortreux à Fernand Bar, daté du 6 juillet 1914 et envoyé depuis Fontainebleau. / ©
Le 2ème courrier envoyé quelques jours plus tard est déjà en ligne sur notre blog. 

Sur le même sujet

Les gens des Hauts : Tourcoing, la ville aux mille visages

Les + Lus