Cet article date de plus de 6 ans

Escautpont : un homme soupçonné d’attouchements sur mineurs passé à tabac par les proches des victimes

Un homme recherché par la police pour des attouchements sur mineurs dans la forêt de Raismes a été victime de violences ce week-end de la part de proches de ses victimes présumées. 
Les faits ont eu lieu à Escautpont, près de la D50.
Les faits ont eu lieu à Escautpont, près de la D50. © Google Street View
Ce dimanche, à Escaupont, un homme d’une quarantaine d’années est découvert blessé au bord du canal de l’Escaut. Il souffre de multiples contusions et semble, selon les premières constatations avoir été victime d'un réglement de comptes. 

Au fil des heures, l'affaire prend une autre tournure. Les enquêteurs découvrent très vite que l'homme passé à tabac était recherché par la police. Il est soupçonné d'avoir le 28 août agressé sexuellement deux jeunes garçons de 11 ans et demi et 13 ans en forêt de Raismes. « Un individu se faisant passer pour un garde forestier leur a demandé de présenter leurs cartes de pêche. Comme les mineurs en étaient dépourvus, il leur a demandé de se déshabiller », a expliqué le procureur de Valenciennes, François Pérain à La Voix du Nord. L'homme qui aurait ensuite pratiqué des attouchements sur les deux enfants avait été identifié rapidement mais n'avait pu être arrêté jusque-là par la police.  

Gardes à vue

La famille des deux mineurs agressés sexuellement aurait mené de son côté des recherches... qui auraient donc abouti ce samedi après-midi. Selon le Parquet de Valenciennes, trois hommes ont été placés en garde à vue. Ils ont précisédans leurs auditions que l'homme soupçonné d'agressions sexuelles avait tenté de les frapper dans un premier temps avec une matraque. Les gardes à vue ont été levées ce lundi soir. "Il convient de souligner que ces trois hommes ne sont pas connus de la Justice et sont parfaitement intégrés socialement", indique le Parquet.

L'homme passé à tabac a été amené au centre hospitalier de Valenciennes. Son pronostic vital n'est pas engagé (côtes cassées). Il va être placé à son tour en garde à vue (dès que son état de santé le permet) pour être entendu concernant les soupçons d'agression sexuelle et pour qu'il donne sa version des faits autour des violences qu'il aurait subies.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers