• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

RC Lens - Mammadov : Martel annonce un possible changement d'actionnaire au 1er janvier

Hafiz Mammadov remplacé par Anar Mammadov ? Gervais Martel l'a laissé entendre même s'il n'a pas cité de nom. / © MAXPPP/Montage France 3
Hafiz Mammadov remplacé par Anar Mammadov ? Gervais Martel l'a laissé entendre même s'il n'a pas cité de nom. / © MAXPPP/Montage France 3

Le président du RC Lens s'est exprimé ce mercredi midi au lendemain de son rendez-vous avec la DNCG. Argent, actionnaire, recrues : il fait le point sur la situation. 

Par @F3nord

Selon Gervais Martel, la DNCG a été convaincue qu'un gros travail a été fait par le RC Lens ces derniers mois. "La discussion a été constructive avec la DNCG, a affirmé le président sang et or au cours de la conférence de presse. Elle s'est rendue compte qu'on n'avait rien lâché. "

Un changement d'actionnaire imminent ?

Il a précisé qu'un nouveau rendez-vous avec la DNCG était prévu début janvier. Notamment pour informer éventuellement de l'arrivée d'un nouvel actionnaire à la place d'Hafiz Mammadov : "Il y a une possibilité qu'au 1er janvier, il y ait un changement d'actionnaire". Gervais Martel n'a pas cité le nom de ce nouvel actionnaire qui pourrait être Anar Mammadov, fils d'un ministre azerbaïdjanais, selon plusieurs médias ces derniers jours. Un accord a été passé avec un groupe qui prendra effet au 1er janvier, si Hafiz Mammadov ne peut tenir ses engagements : "Ce ne sera pas un one-shot, ça s'inscrit dans la durée car il faut assurer la pérennité du club".

Ce même groupe est bien celui qui a fourni les 2,5 millions d'euros. "Ils ont été versés par une grosse société azérie auprès de Baghlan Group qui reste propriétaire pour le moment. 

Il est également revenu sur les 14 millions "exigés" par la DNCG affirmant notamment que le RC Lens n'aurait peut-être pas besoin de toute cette somme. Il n'a pas dit si la DNCG était d'accord avec cette affirmation. 

Une nouvelle fois, le président lensois, même s'il n'a pas complètement convaincu la DNCG, a employé un ton rassurant et lancé aux "alarmistes : "Premièrement, le dépôt de bilan n'arrivera pas. Deuxièmement, je ne vais pas partir du club. Troisièmement, on n'a pas de retards de paiement, tout est extrêmement clair dans notre trésorerie", a martelé le président lensois. "On a cinq millions d'euros sur notre compte, on l'a prouvé à la DNCG (mardi).
On n'a plus de dettes. Beaucoup de clubs aimeraient être à notre place aujourd'hui. A un moment je me suis dit: on s'acharne sur le RC Lens. Mais c'est vrai que de notre côté c'était compliqué, nébuleux
".

Les recrues

La DNCG a autorisé l'homologation de contrats en cours ou des prolongations mais pas de recruter. "Le club était interdit de recruter tant que les 4 millions d'euros n'étaient pas là, maintenant qu'ils sont là on a autorisé tous les contrats que le club nous a présentés (Atrous, Boulenger plus quelques jeunes joueurs)", a expliqué une source proche de la DNCG.  En revanche, le club ne pourra pas recruter d'autres joueurs tant que les 14 millions d'euros attendus en janvier ne seront pas arrivés. "Pour les futurs transferts, pas de nouveaux recrutements tant que l'argent (les 14 millions d'euros) ne sera pas arrivé", a-t-elle en revanche ajouté.

L'entraîneur du RC Lens, Antoine Kombouaré a affirmé en conférence de presse : "Normalement, on va pouvoir faire signer Atrous et Boulenger. Ça nous fera toujours 19 pros et 3 gardiens." Landry N'Guemo, l'ancien Bordelais, n'est pas dans cette liste. Selon La Voix du Nord, il pourrait signer à Nancy. Une nouvelle conséquence du flou financier autour du RC Lens ?

Par ailleurs, Gervais Martel a annoncé que les contrats des jeunes Bourigeaud, Cavaré, Gbamin, Guillaume et Cyprien allaient être prolongés. Une façon de les retenir à la veille du mercato d'hiver. Si le changement d'actionnaire se confirme et qu'il apporte de l'argent frais, le RC Lens pourrait, sous réserve d'accord de la DNCG, recruter d'autres joueurs. mais sans faire de folies évidemment.

Le challenge sportif

Le challenge qui attend le club artésien est désormais sportif car même si les problèmes financiers se règlent, le RCL doit avant tout assurer son maintien sur le terrain. Avant-dernier de L1 avec 16 points, à trois longueurs du premier non-relégable, Metz, les joueurs d'Antoine Kombouaré, exceptionnels de solidarité et de détermination depuis le début de la saison, ont un match important vendredi face à Nice en ouverture de la 19e journée.

Après avoir remporté une première victoire hors des terrains, une deuxième sur la pelouse du stade de la Licorne viendrait parachever une belle semaine pour le club Sang et Or.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus