Charlie Hebdo : la police traque deux frères et lance un appel à témoins

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Deux frères, dont un jihadiste connu des services antiterroristes, sont activement recherchés jeudi par la police qui a placé en garde à vue un troisième homme au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo, l'attentat le plus meurtrier en France depuis plus d'un demi-siècle.



Un numéro vert

La police a diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi les photos de Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans. Chérif Kouachi avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak. Les deux frères, nés à Paris et de nationalité française, sont "susceptibles d'être armés et dangereux", prévient la préfecture de police de Paris et "toute personne détenant des informations" les concernant est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17.



Un jeune de 18 ans s'est rendu

Mourad Hamyd, 18 ans, le plus jeune des trois hommes visés par un avis de recherche lancé mercredi auprès des forces de l'ordre, s'est lui rendu dans la soirée au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes) et a été placé en garde à vue, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier. Soupçonné d'avoir aidé les deux tireurs, ce jeune, beau-frère de Chérif Kouachi, s'est rendu "après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier. Selon une autre source proche du dossier "plusieurs gardes à vue" étaient par ailleurs en cours "dans l'entourage" des frères Kouachi.



Des opérations d'envergure ont été menées mercredi soir à Reims et Charleville-Mézières, impliquant des policiers d'élite du Raid. D'après une source proche du dossier, il s'agissait avant tout de "perquisitions et de vérifications" de lieux rattachés aux suspects.



Les enquêteurs avaient préalablement mené des perquisitions dans plusieurs villes: Strasbourg mais aussi Pantin ou Gennevilliers en région parisienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité