Le lycée Averroès recadré par le rectorat

© MAXPPP
© MAXPPP

Une mission d’inspection s’est rendue au lycée Averroès de Lille pour rencontrer l’ensemble des acteurs de l’établissement suite à la polémique autour de la démission d'un enseignant qui parlait de sectarisme et d'antisémitisme de certains élèves. Voici ses conclusions. 

Par @F3nord

Le 6 février dernier, un enseignant en philosophie avait publié une tribune dans Libération intitulée "Pourquoi j'ai démissionné du lycée Averroès". L'enseignant avait notamment accusé les responsables du lycée, premier établissement privé musulman sous contrat avec l'Etat, de jouer "double jeu", en montrant d'un côté "patte blanche dans les médias" et de l'autre en diffusant "de manière sournoise et pernicieuse une conception de l'islam qui n'est autre que l'islamisme".

Le lycée privé musulman sous contrat Averroès, à Lille, avait dans la foulée lancé une procédure judiciaire par citation directe pour diffamation et injure
non publiques. Parallèlement, le rectorat avait annoncé avoir diligenté une mission d'inspection. Mission dont les résultats ont été rendus publics ce vendredi. Le rectorat affirme dans un communiqué que "les termes du contrat de l’établissement avec l’Etat sont globalement respectés, mais qu’il convient néanmoins, sur certains points, « de clarifier le statut et la place du religieux dans l’établissement »."

Recommandations du rectorat

Le rectorat préconise donc quelques ajustements et demande au lycée :
  • mettre en place et faire vivre les instances de régulation (conseil pédagogique, CESC),
  • dissocier plus clairement les instances de l’ « Association Averroès » de celles de l’établissement
  • lever les ambigüités entre l’enseignement de la philosophie et le cours optionnel « d’éthique religieuse»
  • mettre en place un accompagnement par une équipe de formateurs académiques pour faciliter la mise en place de l’« Enseignement Moral et Civique » à la rentrée prochaine 
Le rectorat précise également que l'’enseignant auteur de la tribune dans Libération été reçu pour clarifier sa situation administrative. La direction du lycée Averroès s'est pour sa part félicitée vendredi des conclusions du rapport académique. L'inspection académique "n'a relevé aucun fait d'antisémitisme, de radicalisation ni d'atteinte aux principes et aux valeurs de la République", a-t-elle souligné dans un communiqué, ajoutant que "l'inspection désavoue totalement les accusations graves et infondées proférées par le professeur de philosophie".

A lire aussi

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus