RC Lens : Hafiz Mammadov épinglé par le fisc en Azerbaïdjan

Les affaires d'Hafiz Mammadov ne s'arrangent pas en Azerbaïdjan. / © FC Baku
Les affaires d'Hafiz Mammadov ne s'arrangent pas en Azerbaïdjan. / © FC Baku

Le FC Bakou, club de football d'Hafiz Mammadov, propriétaire du RC Lens, figure sur la liste noire des entreprises qui n'ont pas payé leurs impôts établie par le fisc azerbaïdjanais.

Par Yann Fossurier

Le Racing Club de Lens, on le sait, n'est pas le seul à souffrir des ennuis financiers de son propriétaire Hafiz Mammadov. En Azerbaïdjan, le FC Bakou, autre club possédé par l'homme d'affaires, connaît une saison épouvantable lui aussi. Avant-dernier du championnat local, "Baki" a perdu plusieurs joueurs au mercato d'hiver, les salaires n'étant plus versés. Au début du mois, ceux qui restent ont menacé de faire grève s'ils n'étaient pas payés. Un accord a finalement été trouvé avec l'AFFA, la fédération azerbaïdjanaise de football, qui a fait jouer certaines garanties bancaires pour rémunérer joueurs et entraîneurs. Une simple avance que le propriétaire, Hafiz Mammadov, devra rembourser.

Mais les ennuis du FC Baku ne s'arrêtent pas là. Le club figure sur la "liste noire" publiée mercredi par le Ministère azerbaïdjanais des Impôts. Il s'agit des entreprises qui n'ont pas payé leurs impôts et qui, "en violation de la loi, ne prévoient pas de remboursement au budget de l'Etat (...) et ont un impact négatif sur les recettes fiscales", explique le ministère. "BAKI FUTBOL KLUBU MMC" figure en 20e position sur cette liste.

Les affaires d'Hafiz Mammadov ne s'arrangent donc pas dans son pays, où Gervais Martel, le président du RC Lens, est attendu ces prochains jours, selon France Football et le site azerbaïdjanais Sportinfo.az, pour tenter, une nouvelle fois, de trouver une issue avec son actionnaire et associé qui devait injecter 14 millions d'euros dans les caisses du club en janvier. Lundi dernier, dans une interview à La Voix des Sports, Gervais Martel avait indiqué qu'Hafiz Mammadov - propriétaire à 99,99% des Sang et Or - lui avait promis "que si vraiment il voyait qu’il ne pouvait toujours pas (payer) à la mi-mars, il rendrait ses parts". "Parce que s’il ne verse rien, et qu’il ne rend pas les parts, on est morts", avait ajouté le président lensois.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus