Cet article date de plus de 6 ans

Bruay-sur-l'Escaut : un enfant de 7 ans vient à l'école avec un pistolet

Ce mardi, un enfant de 7 ans est venu à l'école avec une arme de poing.
Ce mardi, stupeur à l'école Léo-Lagrange. Un enfant de 7 ans arrive dans les locaux de cet établissement de Bruay-sur-l'Escaut avec, dans son cartable, une arme de poing. Le personnel de l'école croit qu'il exhibe là une arme factice, en plastique. L'arme est confisquée. Elle était vraie. Un pistolet semi-automatique de type 6.35, un peu rouillé mais en état de fonctionnement, selon une source policière. Cette arme n'était pas chargée. L'enfant n'a menacé personne avec. 

"Le petit est tombé dessus"

"Un enfant avait dans son cartable une arme de poing", a déclaré une source policière à l'AFP, ajoutant que l'arme, confisquée, avait "été trouvée après une réquisition du directeur: c'est certainement un enfant qui a dit à un autre enfant +untel a ceci dans son cartable+. (...) Le père de l'enfant a été convoqué et a reconnu (après avoir été placé en garde à vue pour détention et acquisition d'une arme de catégorie B et mise en danger de la vie d'autrui, ndlr) qu'il avait acheté cette arme à une connaissance", a rapporté cette source, ajoutant qu'"il l'avait déposée sans précaution à un endroit dans la maison et le petit est tombé dessus". 

Le jeune garçon avait découvert l'arme dans un tiroir de la salle de bain, avec son frère de 9 ans, et avait décidé de l'apporter à l'école et de la montrer à ses camarades. Les deux enfants vivent seuls avec leur père, qui a été condamné à 28 reprises et fait partie de la communauté des gens du voyage sédentarisés, a indiqué le Parquet de Valenciennes. Le père a expliqué aux policiers avoir acquis la semaine dernière ce pistolet contre la somme de 100 euros "par rapport à des histoires d'avant". Les armes de catégorie B doivent être stockées dans un coffre fort.

Jugé en comparution immédiate

Les deux enfants étaient déjà suivis par un juge des enfants. "Ce dernier a décidé du placement des deux garçons car il a considéré qu'ils étaient en danger", a dit M. Pérain. Le père doit être jugé jeudi à 14H00 en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Valenciennes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers