Islamisme radical : la Belgique veut isoler les détenus pouvant en convertir d'autres

Des sections spéciales seront créées d'ici à la fin de l'année dans des prisons en Belgique pour y isoler les prisonniers susceptibles d'en convertir d'autres à l'islamisme radical, a annoncé le ministre belge de la Justice Koen Geens, cité samedi dans les médias.

Le ministre a souligné que ces sections seraient mises en place dans les villes d'Ittre et de Bruges. 26 places seront réservées à de tels détenus à Ittre et 16 à Bruges, a précisé le journal Le Soir, citant M. Geens. Il ne s'agit pas de zones de haute sécurité, mais bien de sections où l'accompagnement serait plus "pointu", a relevé ce quotidien belge. 

Le ministre a en effet souligné que les cellules de haute sécurité étaient réservées à ceux qui sont soupçonnés d'avoir concrètement participé à la préparation d'attentats terroristes. La Belgique est le pays de l'Union européenne qui enregistre le taux le plus élevé de djihadistes partis pour l'Irak et la Syrie par rapport à sa population totale, soit 300 à 400 pour onze millions d'habitants, d'après les experts de ces questions.