• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Eau de Lille : la métropole choisit Veolia

© MAXPPP
© MAXPPP

La métropole lilloise a choisi d'opter pour une Délégation de service public (DSP) avec Veolia comme délégataire pour l'important marché de distribution d'eau, a-t-on appris vendredi auprès de la métropole.

Par avec AFP

"La métropole lilloise a choisi Veolia pour la distribution de l'eau", a indiqué une source officielle de la métropole européenne de Lille, pour un contrat dont le montant devrait être de l'ordre de 445 millions d'euros sur huit ans.

"L'option de délégation de service public a été choisie plutôt que la création d'une régie", a-t-elle ajouté. La délibération a été soumise au vote et a été adoptée à une très large majorité de plus de 93% des voix vendredi soir lors d'un vote au siège de la métropole, à Lille.

"Ce contrat permet une économie collective de 10 millions d'euros par rapport à la régie et de 100 millions par rapport au contrat actuel", a déclaré Damien
Castelain
, président de la métropole européenne de Lille, lors de la délibération.

L'important contrat de l'eau de la métropole lilloise a été âprement disputé et a fait l'objet de contentieux. Eaux du Nord, filiale de Suez Environnement via la Lyonnaise des Eaux, était depuis 30 ans bénéficiaire de la délégation de service public dans la métropole.

Mais, représenté par Lyonnaise des Eaux, Suez Environnement avait été écarté de cet appel d'offres au profit de Veolia par la Communauté urbaine de Lille, qui avait jugé le 3 octobre l'offre "irrecevable" en raison d'un manquement au cahier des charges.

Le 6 novembre, le tribunal administratif de Lille avait rejeté une requête de Suez. Fin février, le directeur général de Suez Environnement Jean-Louis Chaussade avait affirmé que son groupe irait devant le Conseil d'Etat pour protester contre la décision de la métropole lilloise de l'exclure de l'appel d'offres.

La non-reconduction de ce contrat concernant 62 communes de la métropole, qui prendra effet le 1er janvier 2016, représente un manque à gagner de 500 millions d'euros sur huit ans pour Suez Environnement, selon le groupe.

Sur le même sujet

La carte postale de Mont-Saint-Eloi

Les + Lus