Serge July présente son "Dictionnaire amoureux du journalisme"

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Nord Pas-de-Calais web

Le fondateur et directeur du journal "Libération" pendant plus de 30 ans, Serge July déclare sa flamme au journalisme, tout en le malmenant. Il était l'invité du plateau de France 3 Nord Pas-de-Calais ce midi, avant de rencontrer ses lecteurs au Furet du Nord à Lille à 17h30. 

##fr3r_https_disabled##Votre dictionnaire est autant une déclaration d'amour qu'un regard très critique sur le métier de journaliste...
Serge July : "Oui, d'ailleurs, je commence par "Abat les journalistes" parce que dès qu'il y des préfigurations du journalisme... Le journalisme est très récent, c'est une profession qui commence à la moitié du XIXe siècle. Avant, il y a des gens qui font parfois des reportages, qui écrivent mais c'est la préhistoire du journalisme. En tout cas dès le début, [...] on critique les journalistes et le pouvoir abusif qu'ils ont. Avant, par exemple, au XVIIIe siècle, les encyclopédistes sont très violents envers les auteurs de libelles [...]"


Vous parlez aussi de ceux qui ont donner ses lettres de noblesse au métier, Albert Londres, Robert Capa, Françoise Giroud...
Serge July : "Oui, c'est un livre d'histoires" 

Et comment vous avez fait votre choix ? 
Serge July
: "Le métier, beaucoup de coups de coeur, beaucoup de choses que j'aime... Je pense par exemple à Georges Simenon qui a été un très mauvais journaliste. Comme il avait inventé Maigret, un jour il y a évidemment un scandale et Paris-Soir l'embauche à prix d'or, entre les deux guerres, pour découvrir qui est l'assassin. Le résultat est catastrophique... Il a un rapport à la vérité qui est assez lointain, mais j'aime beaucoup Simenon parce que je trouve que dans la profession, c'est la langue la plus extraordinaire qui soit. Souvent à Libération, je disais il faut lire une page de Simenon par jour"

Au Furet du Nord à Lille à 17h30
"Dictionnaire amoureux du journalisme"
Serge July, l'auteur décline en 26 lettres sa passion pour "le plus beau métier du monde".
928 pages
25 euros