Cet article date de plus de 6 ans

Fusion Nord Pas-de-Calais - Picardie : Amiens conteste encore à Lille le titre de capitale

Le conseil municipal d'Amiens a adopté jeudi à l'unanimité une motion réclamant que la ville devienne la capitale de la future Région Nord-Pas-de-Calais/Picardie, alors que Lille semble ultra favorite.
Des Verts au Front national en passant par le PCF, - sauf quatre des cinq élus PS, qui n'ont pas participé au vote - 51 élus de la capitale régionale picarde dirigée par la droite "revendiquent la création d'une région équilibrée reconnaissant la complémentarité entre Amiens et la Métropole européenne de Lille et justifiant la désignation d'Amiens comme capitale régionale", selon le texte communiqué à l'AFP.

Ils "demandent" donc "au Premier Ministre (Manuel Valls) de désigner Amiens comme chef-lieu, capitale régionale de la Région Picardie-Nord-Pas-de-Calais". La même motion devait être adoptée dans la soirée par le conseil communautaire d'Amiens métropole.

"Qu'Amiens soit la capitale de la nouvelle région ne lui enlèverait rien"

Le Nord-Pas de Calais/Picardie est l'une des sept nouvelles régions - sur les 13 (au lieu de 22) que prévoit la réforme territoriale -, où un nouveau chef lieu doit être choisi. "Lille avec le statut particulier de métropole aura déjà beaucoup de prérogatives et d'outils pour son développement. Qu'Amiens soit la capitale de la nouvelle région ne lui enlèverait rien", a déclaré à l'AFP la maire UDI d'Amiens, Brigitte Fouré.

Les élus amiénois soulignent depuis des mois et le lancement d'un appel en faveur d'Amiens qu'ont signé les maires des chefs lieux de l'Aisne et de l'Oise, Laon et Beauvais, que Lille est très excentré par rapport à la future nouvelle région de six millions d'habitants, dont quatre dans le Nord/Pas-de-Calais.

Le décret est prêt

Or, relèvent-ils encore, la capitale de la Picardie semble avoir été d'emblée éliminée de la course par le gouvernement, qui a déjà préparé un décret faisant de Lille la capitale régionale provisoire, comme l'a révélé en mai le président PS de la région Picardie, Claude Gewerch.

Tous les mandats de "préfigurateurs" ou "coordinateurs" de la nouvelle région ont été confiés au préfet, au recteur et aux patrons de l'ARS et des services fiscaux du Nord/Pas-de-Calais, un parti pris alarmant aux yeux des élus picards.

Dans le même ordre d'idée, le député Alain Gest (Les Républicains), président de l'agglomération amiénoise, a indiqué qu'il avait déposé ce jeudi à l'Assemblée nationale une proposition de loi en vue de la création de vices-capitales administratives afin de répartir harmonieusement les pôles de services au sein des futures régions. Il a exprimé l'intention d'en remettre un exemplaire vendredi au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, en visite à Amiens pour faire notamment le point sur la réforme territoriale avec le personnel préfectoral.

De son côté, le conseil départemental de la Somme a émis le voeu jeudi qu'Amiens soit désigné capitale régionale.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région hauts-de-france politique fusion des régions réforme territoriale