Cet article date de plus de 6 ans

Elections en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie : le PS lance sa campagne à Roye (80)

Environ 120 des 169 candidats PS qui se présenteront aux premières élections de la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie se sont réunis dimanche 14 juin à Roye. Ils ont fait connaissance et planché sur le programme autour de Pierre de Saintignon. La campagne est officiellement lancée.


durée de la vidéo: 02 min 09
lancement campagne du PS pour les régionales
Roye, petite ville de 6000 habitants située à l'est de la Somme, est devenue le temps d'un dimanche le lieu de ralliement de tous les candidats PS aux élections régionales qui se tiendront en décembre prochain.
Par un savant calcul, l'équipe de campagne socialiste a trouvé que la ville détenue par Jacques Fleury (PS) était pile poil au centre de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie (6 millions d'habitants). Ceci évite peut-être de se prononcer pour l'instant sur l'épineuse question de la future capitale régionale.

Atmosphère de rentrée des classes

Sur les 170 candidats aux régionales, entre 120 et 130 avaient fait le déplacement pour faire connaissance et discuter du futur programme.
Dans une atmosphère bon enfant de rentrée des classes, les candidats ont pu se rencontrer en matinée. Puis ils se sont réunis de façon plus studieuse en petits groupes de travail l'après-midi, autour de la tête de liste Pierre de Santignon, 1er adjoint de Martine Aubry à Lille et 1er vice-pdt du conseil régional NPDC.

Quelle capitale régionale ?

La délicate question du choix de la capitale régionale est dans tous les esprits. Amiens pourrait-elle être capitale administrative? Pierre de Santignon botte en touche : "Ce n'est pas le modèle que je retiens. Il faut une capitale à dimension européenne-Lille- et des métropoles de la taille de Dunkerque, Amiens, Beauvais, etc".
Pour ce qui est des inquiétudes concernant l'avenir des fonctionnaires et des services publics en Picardie, Pierre de Saintignon se veut rassurant. D'après ce que lui a dit le préfet de région Jean-François Cordet, il n'y aura pas plus de 100 mouvements de fonctionnaires de la Picardie vers le Nord.
durée de la vidéo: 00 min 29
Mouvement fonctionnaires


Des listes qui peuvent encore évoluer

Le PS, qui part pour l'instant sans alliance à gauche, présente 5 listes, une par département. Les têtes de liste sont Yann Capet (62), Nicolas Dumont (80), Anne Ferreira (02), Béatrice lejeune (60) et Pierre de Santignon (59). Parmi les candidats figurent 2 secrétaires d'Etat (Pacale Boistard et Laurence Rossignol), 5 parlementaires (3 députés et 2 sénateurs), 23 conseillers régionaux sortants et 17 maires.
A noter que sur les 5 têtes de liste, 3 sont picardes : Nicolas Dumont est 1er vice-président du conseil régional de Picardie et maire d'Abbeville (80), Béatrice Lejeune et Anne Ferreira sont respectivement 3 ème et 4 ème vice-présidentes du conseil régional de Picardie. Yann Capet est quant à lui député de la 7 ème circonscription du Pas-de-Calais.
Sur les 100 premiers candidats, 75% sont nouveaux et 26% ont moins de 40 ans.
Ces listes sont encore susceptibles d'évoluer car Pierre de Saintignon n'exclut pas une alliance avec Europe-Ecologie-les Verts ou bien le Front de Gauche. La parité a été respectée avec un homme et une femme à égalité par circonscription.

Programme présenté début septembre

Le premier axe du programme en cours d'élaboration porte sur l'emploi. Pierre de Saintignon veut développer fortement l'emploi public et privé avec les acteurs économiques et sociaux de la région : accompagner 20 000 jeunes par an dans l'accès à l'emploi et aider les chômeurs en fin de carrière pour qu'ils bénéficient de leur retraite. Le PS souhaite aussi capter 50 000 emplois liés aux métiers du numérique et de l'informatique.
Sur la mobilité, Pierre de Saintignon souhaite résoudre avec la SNCF les difficultés de transport des habitants de l'Oise se rendant en région parisienne.
Pour lutter contre le sentiment d'abandon dans les territoires, le PS propose la création à coût constant de 20 maisons de région animées par des fonctionnaires pour réintroduire les services publics (formation, apprentissage, emploi, santé, logement, transports).
Pour finir, le programme du PS fait un appel du pied aux écologistes en professant la transition énergétique et le développement de la filière de démantèlement des réacteurs nucléaires.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections régionales 2021 élections région hauts-de-france fusion des régions réforme territoriale