40% des médecins belges se disent harcelés sexuellement par leurs patients

Image d'illustration. / © MAXPPP
Image d'illustration. / © MAXPPP

Une étude étonnante menée en Belgique.

Par EM

Le chiffre peut surprendre. Selon une étude menée par Artsenkrant, un journal professionnel néerlandophone destiné aux médecins belges, 40 % des praticiens, hommes et femmes confondus, sont confrontés à « des propositions sexuelles non souhaitées ». Propositions de flirt, invitations à dîner, demandes explicites... Le journal parle de "harcèlement" au quotidien, pendant les consultations. Et les femmes y sont encore plus confrontées : 50% contre 30% des hommes.

Certains patients font des commentaires sur l'apparence vestimentaire du médecin, sur sa nouvelle robe... ou posent des questions personnelles sur sa sexualité. D'autres font des blagues à connotation explicite...

En tout, 86% des médecins généralistes et spécialistes belges disent avoir été confrontés à ces propositions intimes au moins une fois dans les 10 dernières années. Comment réagir dans ces cas-là ? 70% des médecins orientent alors leur patient vers d’autres confrères. 10 % déposent plainte.

Selon Le Monde qui a repéré cette étude, les étudiants en médecine à l’université de Gand, apprennent désormais quelques règles de base pour échapper aux patients et patientes qui font ce type de propositions. 

Cette enquête a été menée du 3 au 15 Février sur le site www.artsenkrant.com. 1800 questionnaires ont été remplis. 935 d'entre eux ont été traités. 



Sur le même sujet

Témoignage du père d'un patient de l'hôpital Pinel

Près de chez vous

Les + Lus