Un architecte de l'Aisne crée une terrasse amovible pour compenser la distanciation physique dans les restaurants

Un architecte de Château-Thierry et un designer ont imaginé un concept de terrasse amovible à poser sur la chaussée. Le Good Nest devrait permettre aux restaurateurs de gagner de l'espace malgré les règles de distanciation physique.

Un architecte de Château-Thierry dans l'Aisne a co-inventé le Good Nest, un concept de terrasse amovible.
Un architecte de Château-Thierry dans l'Aisne a co-inventé le Good Nest, un concept de terrasse amovible. © G.Giraudeau/FTV

Terrasses amovibles simples, couvertes, à doubles étages, extensibles. Toutes les versions sont possibles pour gagner en espace sans perdre en sécurité sanitaire. Le "Good Nest", c'est son nom, a été pensé et imaginé par un designer et l'architecte axonais Eric Pace.
 
Le concept du Good Nest permet de multiples déclinaisons.
Le concept du Good Nest permet de multiples déclinaisons. © Pace architecture


Un projet né en quinze jours, à distance, et en collaboration avec un charpentier et un chaudronnier saint-quentinois. "Tout a été modélisé en 3D, chacun en visioconférence avec ses plans, ses maquettes, explique Eric Pace. Et la surprise, c'est à l'assemblage en taille réelle : ça s'assemble ou ça ne s'assemble pas. Et là, ça s'assemble ! C'est une première pour nous de travailler autant à distance. Et c'est un changement d'échelle : on est plus proche du design et du produit industriel que de l'architecture. Il est en bois comme les prototypes de voiture : c'est ce qu'on appelle le prototype 0". 

Occupation temporaire de l'espace public


La future terrasse de 2 mètres 40 sur 5 mètres est posée sur une "berce", un support commun utilisé pour les bennes. La pièce de bois a été usinée pour y placer des garde-corps qui garantiront la distance nécessaire entre les clients. Pose, montage et dépose sont ultra rapides. Un vrai plus dans une grande ville, en cas de manifestations par exemple

"Le vrai challenge, c'est qu'on puisse déposer facilement et se retirer. Ça ne demande qu'une occupation temporaire de l'espace publique. Dans notre modèle, les terrasses seront louées et l'enlèvement sera intégré à la location comme une consigne. On est dans une économie circulaire : les berces seront récupérées et remises en circulation normale. On peut par exemple sur Paris projeter 400 structures en une nuit. Ça correspond aussi au balai incessant des bennes qui sont posées et retirées dans Paris le soir", confie l'architecte.

10m² de surface supplémentaire


Et c'est devant le restaurant de Djamilla à Saint-Quentin que la structure est testée. Posée sur la chaussée en bordure de trottoir, cette terrasse conceptuelle séduit la restauratrice. 10m² de surface supplémentaire, ça ne se refuse pas. Djamila sait que l'espace sera précieux à la réouverture de son établissement avec les contraintes de distanciation sociale : "c'est une bonne formule : c'est arrivé sur un plateau; ça a pris une heure à installer et 45 minutes à enlever. Ce n'est pas un produit en dur. Donc c'est un bon produit, explique-t-elle. Ça permet l'extension du restaurant pour la belle saison et pour respecter les règles de distanciation. Moi qui n'ai pas de terrasse, j'envisage éventuellement d'investir dans ce type de produit. C'est un plus."
 

Pour le moment, le Good Nest n'est pas encore fabriqué. Il est en cours de labellisation "produit covid-19 par deux bureaux de contrôle. "On va faire tester le produit comme les crash test des voitures de façon à ce qu'il soit conforme à la sécurité que l'on va offrir", précise Eric Pace. Si ce concept de terrasse amovible voit le jour, les marchés possibles sont nombreux en France et à l'étranger puisque de nombreux pays européens qui imposent la distanciation physique dans les restaurants.

Mais Eric Pace se défend de tout opportunisme : "on n'a fait preuve de réactivité commercial. On a fait preuve de réactivité pour sauver les bistrots et les restos. On ne sait pas faire de masques. On ne sait pas soigner. Donc on a commencé à préparer l'après avec beaucoup d'espoir."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société innovation économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter