Ce lieu permet de recycler des jouets pour les revendre à bas prix et aider des personnes à se réinsérer dans le monde du travail

Il s'agit de la seule structure de la région qui permet de recycler tout un tas de jouets et de les revendre à bas prix à des familles au budget serré. Les salariés qui y travaillent sont pour la grande majorité en réinsertion professionnelle.

Reconstituer un personnage, compter les pièces d’un jeu, nettoyer minutieusement… Chez Recycl'Jouets à Guise, dans l’Aisne, chacun s’active pour remettre au goût du jour des jouets qui viennent de la poubelle.

"Ayant des enfants, quand je vois le prix des jouets, quand je les vois arriver ici et que ça a été jeté juste avant, je me dis que ce n'est pas possible, ça coûte tellement cher", lance Elisabeth Barata, salariée.

Une vingtaine de salariés travaillent pour une durée maximale de 24 mois, le temps de se reconstruire un parcours professionnel.

"Une organisation au quotidien"

"C'est une organisation au quotidien et les salariés qu'on accompagne sur le chantier de transition viennent au quotidien suite à un planning qu'on organise, ils se mettent à trier ce qu'on peut récupérer", explique Marina Rojo, encadrante technique.

Le but est de faire monter les personnes en compétence, de les responsabiliser et de valoriser leur travail. Chaque personne a une tâche à réaliser, soit par rapport à ce qu'elle sait déjà faire, soit pour apprendre. "On essaie de les faire monter en compétence pour qu'ils réalisent ces tâches au quotidien".

On ne veut pas rester ici. C'est pas le vrai emploi mais ça aide à reprendre, à la communication, à revoir des gens. C’est la vie, le travail.

Stéphanie Predhomme, salariée

Les personnes qui se présentent sur ce chantier de transition ont trois objectifs. Le premier est de passer le CLEA (certificat de connaissances et de compétences professionnelles), une certification à l'emploi. Ensuite, ils ont une qualification par rapport à leur parcours professionnel et "ils ont la sortie à l'emploi durable", donc un contrat long ou à durée indéterminée. Ils sont présents toute la semaine, sauf deux demi-journées "où ils vont  travailler leur parcours professionnel" et rencontrer une formatrice pour leur certification CLEA.

Le jouet comme prétexte

Le jouet est finalement pris comme prétexte pour apprendre à repartir dans le monde du travail. "Il faut apprendre le savoir-être, les soft skills, arriver à l'heure, avoir un esprit d'équipe, respecter, manager". En somme, être prêts pour le monde de l'emploi.

Le recyclage de jouet tient une place toutefois essentielle. "On recycle, on donne une seconde vie, l'économie circulaire et solidaire sont hyper importantes", note Marina Rojo. La conjoncture économique actuelle ne permet pas à des familles d'avoir "les moyens de pouvoir s'acheter du neuf".

Le but, c’est de les voir évoluer, sortir à l’emploi. On a quand même beaucoup de réussite, donc le but, ce n'est pas non plus qu’ils restent 24 mois. On va dire que 12 mois, c’est déjà bien. Si au bout de 12 mois, ils ont réalisé les trois objectifs, on est content.

Marina Rojo, encadrante technique

Les acheteurs peuvent se rendre sur place pour faire leur choix. Une fois reconditionnés, les jouets sont mis en ligne sur les réseaux sociaux et avec leurs prix cassés, ils trouvent rapidement preneurs.

"J'adore ce projet, ça me tient à cœur, c'est un outil hyper important", insiste l'encadrante technique avant d'ajouter : "on veut faire comprendre à nos salariés qu'il faut prendre soin de l'outil, adhérer au projet".

Un projet collectif

Au départ, "on se pose toujours la question : comment on va s'organiser pour tout mettre en place ? Que tout puisse rouler et se passer au mieux ?". Pour Marina Rojo, de nombreuses solutions existent, "mais avoir une bonne organisation, c'est ce qui fait beaucoup".

Finalement, "c'est grâce à la participation de tout le monde, de nos salariés, de l'organisation et le fait de vouloir, d'avoir envie de réaliser, de prendre soin de l'outil, d'aimer et d'adhérer au projet", que Recycl'Jouets continue de fonctionner.

Chaque année, 26 tonnes de jouets sont jetées dans les huit déchèteries du nord de l'Aisne. La structure, quant à elle, parvient à remettre sur le marché 2/3 des objets récoltés.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité