Coronavirus – "Le mot des confinés", le clip des résidents handicapés d'un foyer médicalisé de l'Aisne

Depuis le début du confinement, les familles des résidents du foyer d'accueil médicalisé de Coyolles, près de Villers-Cotterêts, dans l'Aisne, ne peuvent plus rendre visite à leurs protégés. Pour garder ce lien si précieux, le personnel a réalisé un clip, porteur de messages rassurants.

Dans les vidéos, les résidents font passer un message positif pour rassurer leur famille.
Dans les vidéos, les résidents font passer un message positif pour rassurer leur famille. © Maxime Galhaut et Caroline Claux
Comment garder le lien entre les résidents d'un foyer d'accueil médicalisé et leur famille en période de confinement ? La question s'est posée dès le début du mois de mars au personnel soignant du foyer de Coyolles, dans l'Aisne. Située au sud de Villers-Cotterêts, non loin de Crépy-en-Valois, un des premiers foyers épidémiques touché par le Covid-19, la résidence a très vite pris des mesures pour éviter que l'épidémie ne touche ses pensionnaires, en interdisant notamment toutes les visites venues de l'extérieur.
"Comme les familles ne pouvaient pas venir dans l'établissement, raconte Maxime Galhaut, éducateur sportif, on cherchait un maximum à leur donner des nouvelles. On faisait des Skype tous les jours mais toutes les familles n'ont pas Skype, donc on cherchait comment leur adresser une vidéo de leur protégé". 

Aussitôt dit, aussitôt fait. L'idée germe chez Caroline Claux, aide-soignante de l'unité rose, celle qui accueille les adultes les plus âgés. Toute l'équipe s'y met. Chacun prend son portable et filme les résidents.

"Au final, quand on a vu toutes les videos, on s’est dit que ça pourrait être sympa d’en faire un clip", explique Maxime Galhaut. On a trouvé une chanson sur le confinement sur internet, d'un collectif d'artistes. On a demandé aux résidents ce qu'ils voulaient faire, danser ou partager un message avec une petite pancarte. On leur a dit que c'était principalement une vidéo qu'on prenait pour envoyer à leurs familles donc ils sont très contents de pouvoir le faire et du coup ils se prennent au jeu très facilement". 

Sur les messages, on peut lire : "coucou", "je vous aime", "vous me manquez", "je pense à vous", "on prend soin de moi", des mots rassurants pour les familles.
Et le résultat est là. Des sourires, de la bonne humeur, c'est ce qui ressort du clip "Le mot des confinés". "Ils comprennent bien le sens de ce qu'on voulait faire et quand on voit qu'ils ont tous des émotions positives, qu'ils se prêtent au jeu, même si des fois les pathologies font que ça peut être un peu compliqué, c'est chouette" se réjouit Maxime Galhaut, qui a assuré le montage du clip.

Il aura fallu quinze jours, pour réaliser la vidéo. L'initiative ne passe pas inaperçue dans l'établissement. Les trois autres unités sont déjà en train de réfléchir au prochain tournage de leur clip. 

"Comme on avait des activités restreintes pendant le confinement, ça nous a permis de faire de nouvelles activités. On fait beaucoup d’activités extérieures en temps normal, par exemple aller à la piscine, dans les parcs, on va aussi au marché, on va faire de l’équitation, tout ça, ça s’annule. Du coup, on est beaucoup plus sédentaire sur l’établissement donc il faut multiplier les activités intérieures". 
 

D'autres clips en préparation

Mise en ligne le 26 avril, "Le mot des confinés" enregistre à ce jour plus de 2000 vues et donne des idées aux autres établissements de l'association L'Apei des 2 Vallées.  Cette association de parents et d’amis de personnes en situation de handicap mental ou psychique, a été créée le 9 mars 2013 et est affiliée au réseau national Unapei. Elle compte 23 établissements répartis sur le territoire du sud de l'Aisne.

Depuis le 2 mars dernier, elle avait déjà interdit les sorties en extérieur et fermé les établissements d'accueil de jour.

"On a pas mal anticipé, confie Audrey Omnes, la chargée de communication de l'association, et on a rouvert le 27 mars un foyer qui était fermé depuis 2018, pour accueillir des personnes atteintes par le Covid-19. On en a eu 7. Compte tenu de la fragilité du public qu'on accueille, on se doit d'assurer la sécurité sanitaire. On a gagné 1 à 2 semaines sur le reste de la France". 

Six résidents sont encore dans ce service, accompagnés par une douzaine de soignants. Ils ne présentent plus de symptômes depuis plus de trois semaines. Les vingt personnes ont été testées mardi et attendent les résultats avant de pouvoir rejoindre leur foyer respectif. À temps sans doute, pour participer au tournage d'un nouveau clip.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société musique culture