Histoires 14-18 : les chiens du diable

© Archives nationales américaines, Bibliothèque du Congrès/Pathé Gaumont
© Archives nationales américaines, Bibliothèque du Congrès/Pathé Gaumont

Par France 3

Les marines reposent depuis cent ans au pied du bois de Belleau (Belleau Wood) Un symbole pour ce corps si célèbre.
Ici au sud de l’Aisne, ils ont stoppé l’assaut allemand, puis contre-attaqué, au prix de lourdes pertes. Fusils contre mitrailleuses, dans une mêlée sauvage. Les Marines y ont gagné un surnom, "les chiens du diable"

Les Allemands poursuivent l’offensive, après la chute du chemin des Dames. Les Américains sont appelés à la rescousse. Ils montent en ligne et découvrent le chaos. Les routes sont encombrées de réfugiés. Un fantassin n’oubliera jamais cette femme qui pleure son bébé mort.  Les soldats subissent un bombardement intense et  creusent des abris à la hâte avec leurs baïonnettes, puis c’est la charge ennemie. Les Marines sont de fins tireurs, il repoussent l’attaque. Les Allemands se retranchent alorsdans le bois de Belleau.

Histoires 14-18 : les chiens du diable
Source archives : Archives nationales américaines, Bibliothèque du Congrès/Pathé Gaumont - France 3 - D. Patinec


Le 6 juin, les Américains passent à l’offensive, en terrain découvert : ils doivent traverser un champ de blé. Les pertes sont terribles car les Allemands ont installé des nids de mitrailleuses par dizaines. Les hommes qui parviennent jusqu’au bois luttent au corps à corps.
Un adversaire qui se rend raconte qu’il ira vivre en Amérique après la guerre. En l’écoutant, le Marine pense à ses camarades morts.

Les combats durent trois semaines. Le bois est conquis peu à peu, avec l’appui de l’artillerie.Le moral des Allemands vacille. Interrogé par un officier, un Marine capturé assure que les renforts arrivent.Conséquence : l’officier et ses 70 hommes décident de se rendre, et le suivent sagement. « Je vous amène des recrues » annonce le soldat aux sentinelles américaines. Le 25 avril, la bataille est terminée. Elle a fait 1800 morts et 8000 bléssés...





 

Sur le même sujet

Dans la Somme, une petite maison d'édition jeunesse aux valeurs humanistes

Les + Lus