Coronavirus : à 18 ans, un styliste de Chauny confectionne 1500 masques et les distribue gratuitement aux Axonais

Malgré la fermeture de son atelier de couture pendant le confinement, Christopher Bost a décidé de se lancer dans la production de masques. Âgé de seulement 18 ans, le jeune créateur distribue gratuitement ces protections aux soignants comme aux particuliers.
 
Le jeune créateur a ouvert sa boutique de robes de mariée et de cocktail en octobre 2019 à Chauny, dans l'Aisne.
Le jeune créateur a ouvert sa boutique de robes de mariée et de cocktail en octobre 2019 à Chauny, dans l'Aisne. © C. Bost
Après trois semaines de fermeture en raison du confinement, le bruit des machines à coudre a de nouveau envahi l’atelier de Christopher. À seulement 18 ans, le jeune créateur originaire de Chauny, dans l'Aisne, a ouvert sa propre boutique de créations "La rêverie Bost" en octobre dernier.

Loin des robes de mariée immaculées et des tenues de cocktail colorées qui prennent habituellement vie sur ses mannequins, Christopher produit désormais des masques de protection pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.
 
 Fini le satin et la tulle, Christopher privilégie désormais le coton blanc pour confectionner ses masques. "J’espère en produire au moins 1500 mais après on risque d’être à court d’élastiques. On utilisera peut-être des rubans pour en faire encore plus".
 

Déjà plus de 200 masques confectionnés

Avec l’aide de trois coutrières bénévoles, le jeune homme originaire de Chauny a déjà produit 200 protections en une journée. "Plusieurs hôpitaux, maisons de retraite et casernes de pompiers m’ont déjà appelé pour récupérer des masques, raconte fièrement Christopher. Les particuliers aussi peuvent en récupérer, c’est gratuit ! Et si ils souhaitent donner quelque chose, ce sera reversé à l’hôpital de Chauny".
 
Pour distribuer les masques, la boutique du jeune homme est ouverte du mardi au jeudi de 10 heures à midi. Tout le monde peut se présenter pour en récupérer gratuitement. Seules les commandes de plus de 3 masques nécessitent une réservation par téléphone.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société solidarité