Prix de l'énergie. La patinoire de Laon ferme à partir du 2 janvier, "un coup de massue" pour les usagers

Confrontée, comme toutes les collectivités, à une hausse de ses coûts énergétiques, la Communauté d'agglomération de Laon va fermer sa patinoire après les vacances. Une perspective qui suscite une levée de bouclier de ses usagers.

La fermeture de la patinoire de Laon a été confirmée mercredi 21 décembre par la Communauté d'agglomération du pays de Laon, gestionnaire du site. La patinoire du "Dôme", bâtiment qui accueille également la piscine de Laon, fermera donc ses portes à compter du 2 janvier 2023. Il s'agit de réaliser des économies face à la hausse du coût de l'énergie, comme l'explique l'intercommunalité dans un post Facebook détaillé :

Quelques jours auparavant, alors que la fermeture n'était pas encore officialisée, elle suscitait déjà de nombreuses réactions sur les réseaux parmi les usagers de cet équipement. Un groupe Facebook pour s'opposer à ce projet a notamment été créé, on peut y lire un appel à manifester mardi 20 décembre à l'occasion d'une permanence du maire de Laon et président de la Communauté d'agglomération, Eric Delhaye. Enfin, une pétition en ligne et sur papier circule également. 

En première ligne des protestataires, on trouve les usagers réguliers de la patinoire. Ils sont plusieurs centaines à fréquenter les lieux. La seule école de glace compte 160 adhérents selon son professeur, Sébastien Wasniewski, également président de l'association "Patin'art laonnois". L'encadrant évoque "les larmes aux yeux" de ses élèves à l'annonce de ce projet. "On leur enlève leur passion", explique-t-il. 

Le patineur s'interroge sur l'opportunité de cette mesure. "Le problème des coûts, on le connait depuis fin août, pourquoi alors avoir ouvert ? Cela manque de cohérence. Il existe plein d'autres bâtiments de la collectivité qui ne sont pas impactés". Sébastien Wasniewski s'inquiète des conséquences que risque d'avoir cette fermeture sur les pratiquants sans parler de son association. Elle vient encore "de valider lundi l'achat de 4 000 euros de matériel de sonorisation".

Guère d'espoir

Le professeur gère également une section sportive "sports de glace" dédiée au patinage au collège Charlemagne de Laon. Ses élèves utilisent, selon lui, la patinoire deux fois par semaine. Que va devenir cette section avec cette fermeture ? "Si on ne voit que la lorgnette financière, cela ne peut pas fonctionner", regrette Sébastien Wasniewski, mais pour lui, "la patinoire, ce sont avant tout des jeunes qui y vont. Ce ne sont pas des électeurs".

Mardi dernier, si aucune décision n'avait encore été officialisée, le responsable n'y voyait guère d'espoir d'infléchir la trajectoire. "Même si nous sommes contactés, ça ne sera que pour discuter des modalités de remboursement", estimait-il.

D'autres usagers se montrent catastrophés. C'est le cas de l'équipe de hockey sur glace de la ville : les Elaon's. Son activité est évidemment totalement dépendante du fonctionnement de la patinoire. Thomas Ladeuille, son président, ne cache pas sa déception. "C'est dur à avaler. Nous n'étions au courant de rien, j'avais juste eu des échos il y a un mois. On a appris la décision comme un coup de massue. C'est foutu, pour nous la saison est finie. Nous n'avons aucun repli possible". 

Le président se dit "dégoûté, mais lucide", face à la problématique économique. "Il n'y a pas de solution miracle. Je comprends la situation, ce sont des milliers d'euros mensuels, mais ça fout les boules".

"J'ai peur, j'ai très peur"

La perspective est d'autant plus difficile à envisager que l'association de 40 membres peine déjà à se relever de la fermeture consécutive au Covid, suivie de l'annulation de son tournoi annuel pour cause d'occupation du parking de la patinoire par des gens du voyage. Thomas Ladeuille s'inquiète désormais pour la survie de son club. "J'ai peur, j'ai très peur. Le Covid nous a fait perdre beaucoup". Le président redoute que les enfants notamment "partent vers d'autres sports".

La patinoire restera fermée jusqu'en septembre 2023. Les différents usagers contactés redoutent à l'arrière-plan que le provisoire se prolonge et que la fermeture de la patinoire devienne définitive. "Est-ce que la patinoire va rouvrir un jour ?", s'interroge sans détour Thomas Ladeuille. Des travaux sont toujours prévus en mai afin de renouveler les groupes froids alimentant l'installation.