Mondiaux de cyclisme sur piste : Victoire Berteau vise la qualification pour les JO, "j'ai envie de conquérir la plus belle des médailles"

Du 3 au 13 août se tiennent les championnats du monde de cyclisme sur piste à Glasgow, en Écosse. Victoire Berteau, originaire de l'Aisne, y dispute la poursuite par équipe et la Madison. Avec une idée bien précise en tête : se qualifier pour les Jeux de Paris 2024.

"On dort JO, on parle JO, on rêve JO !", plaisante Victoire Berteau. C'est bien pour ça que la jeune femme, qui a été sacrée championne de France sur route au mois de juin, a préféré participer aux championnats du monde de cyclisme sur piste plutôt qu'au Tour de France féminin.

En effet, les mondiaux, qui se déroulent à Glasgow du 3 au 7 août, sont une étape primordiale : une place sur le podium en poursuite par équipe lui assurerait presque d'office sa qualification aux Jeux. "C'est un choix de carrière", justifie-t-elle. "J'ai un pied sur la route, un pied sur la piste. Depuis que je suis rentrée au pôle France à Bourges en 2016, j'ai Paris 2024 dans la tête. L'objectif, il est clair depuis 2016."

Une détermination qui fait sourire Steven Henry, le sélectionneur et coach de l'équipe de France d'endurance. "Elle est encore très jeune, elle aura le temps de faire des Tours de France. Les Jeux de Paris, elle ne le vivra qu'une fois en tant qu'athlète", souligne-t-il.

"La concurrence est rude, mais je suis assez confiante"

La jeune femme de 22 ans ne cache pas son excitation à l'idée de passer cette étape importante. Quelques jours avant son départ à Glasgow, alors qu'elle s'entraînait au vélodrome national de Saint-Quentin en Yvelines, elle n'avait déjà que les Jeux à la bouche. Heureusement, elle peut compter sur son entourage pour rester un peu plus ancrée dans le présent. "À la maison, ma copine sait me canaliser, elle me dit 'les jeux, c'est dans un an, profite de ce qui t'arrive et pense étape par étape !'", confie-t-elle.

Côté performance, Victoire Berteau n'est pas trop inquiète. Sans être présomptueuse, elle est optimiste. "C'est jamais facile, la concurrence est rude, mais je suis assez confiante parce que j'ai fait une bonne saison sur route, et avec les filles [l'équipe de France, ndlr] on a fait deux grosses coupes du monde, on a remporté la poursuite au Caire et on a fini deuxièmes à Jakarta." Le sélectionneur, lui aussi, croit au potentiel de la cycliste.

"Victoire, c'est une athlète qui n'avait pas forcément confiance en elle par le passé, qui a pris énormément de confiance, qui a beaucoup travaillé sur sa gestion des émotions, qui répond présente en compétition et prend des initiatives."

Steven Henry, sélectionneur et coach de l'équipe de France d'endurance

Il rappelle tout de même que la qualification aux jeux olympiques est importante, ce n'est pas le seul enjeu de Glasgow. "Ça reste un championnat du monde avec des maillots et des médailles à aller chercher, rappelle-t-il d'un air taquin. En course à l'américaine, les filles ça fait trois ans de suite qu'elles sont deuxièmes, ce serait bien de grimper d'une marche !"

La poursuite par équipes féminine démarre le 4 août, et la course à l'américaine, aussi appelée Madison, se tiendra le 7 août.

Avec Gaëlle Fauquembergue / FTV

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité