Procès Bygmalion : prison ferme pour les Picards Jérôme Lavrilleux et Bastien Millot

Les Axonais Jérôme Lavrilleux et Bastien Millot étaient poursuivis dans l'affaire Bygmalion qui porte sur le financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Le tribunal correctionnel de Paris les a condamnés respectivement à 24 et 18 mois de prison ferme.

Selon France Info, l'ancien directeur adjoint de la campagne présidentielle de 2012, Jérôme Lavrilleux, originaire de Saint-Quentin dans l'Aisne, a été condamné à trois ans de prison, dont un an avec sursis.

Une peine que l'ancien militant UMP effectuera sous bracelet électronique. Le tribunal correctionnel de Paris l'a également condamné à un peine d'inéligibilité de trois ans.

"J'ai sous doute commis des fautes, je vais payer pour. Mais pas celles qui m'avaient été imputées au début de cette affaire. La présidente a reconnu qu'il n'y avait pas eu constitution de cagnotte, de détournement d'argent par qui que soit. C'est pour moi une grande victoire", a-t-il déclaré, très ému, après l'annonce du jugement.

Jérôme Lavrilleux ne devrait pas faire appel de sa condamnation : "Ca fait sept ans que je vis une sorte de relégation ou d'assignation à domicile. Mon état d'esprit à l'heure où je vous parle (…) c'est de ne pas faire appel. J'en ai marre, je ne pense pas avoir les ressources pour continuer longtemps à faire ça".

Prison ferme et forte amende pour Bastien Millot

Selon le Courrier picard, Bastien Millot, écope de trois ans d’emprisonnement, dont 18 mois ferme et 100 000 euros d’amende. Il lui est en outre interdit de gérer une entreprise pendant cinq ans. Sa peine ferme pourra être aménagée.

Originaire de Saint-Quentin, Bastien Millot a été premier adjoint (UMP) au maire de Beauvais entre 2001 et 2004 et conseiller régional de Picardie. En 2008, il avait créé l'agence Bygmalion, spécialisée dans le conseil et la communication.

Nicolas Sarkozy condamné

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a aussi été condamné à un an de prison ferme pour le financement de sa campagne de 2012. Sa peine sera aménagée avec le port d'un bracelet électronique, a précisé le tribunal correctionnel de Paris.

Selon France Info, Thierry Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy a annoncé que son client allait faire appel de sa condamnation.

Xavier Bertrand, candidat à la prochaine élection présentielle et ancien ministre de Nicolas Sarkozy, lui a apporté son soutien dans un tweet, dans lequel il "forme le voeu que la vérité se fasse en appel".

L'affaire Bygmalion porte sur les comptes de la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy. L’UMP a tenté via un système de fausses factures avec l’agence Bygmalion, de masquer les dépassements de frais de campagne.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique nicolas sarkozy