• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

À Saint-Quentin, les grands moulins s'effondrent accidentellement

L'un des bâtiments de la friche abandonnée des grands moulins de Saint-Quentin (Aisne) s'est subitement affalé sur le boulevard Victor-Hugo, jeudi 20 décembre. / © Éric Henry/France 3 Hauts-de-France
L'un des bâtiments de la friche abandonnée des grands moulins de Saint-Quentin (Aisne) s'est subitement affalé sur le boulevard Victor-Hugo, jeudi 20 décembre. / © Éric Henry/France 3 Hauts-de-France

Un bâtiment des grands moulins de Saint-Quentin (Aisne) s'est accidentellement affaissé ce matin du jeudi 20 décembre. Abandonné depuis 2015 et en cours de démolition, il s'est brutalement écroulé sur le boulevard Victor-Hugo, surprenant un salarié de GRDF dans son véhicule. Personne n'a été blessé.

Par V.P. avec Rémi Vivenot

À Saint-Quentin (Aisne), les riverains du boulevard Victor-Hugo - et notamment les jeunes occupants de la maison de l'enfance - ont eu une grosse frayeur, jeudi 20 décembre. Vers 9 heures, le bâtiment de la friche industrielle des grands moulins s'est effondré sur la route, surprenant un salarié de GRDF qui circulait là avec son véhicule. L'homme, choqué, n'est heureusement pas blessé.

Plusieurs tonnes de gravats se sont ainsi retrouvés sur le boulevard, interrompant momentanément la circulation. Les pompiers et la police ont déployé d'important moyens pour rechercher d'éventuelles victimes sous les décombres. Heureusement, personne ne se trouvait à ce moment dans le bâtiment, abandonné depuis mai 2015. À midi, la circulation est encore impossible sur le boulevard Victor-Hugo, il est donc conseillé d'éviter cet axe.

La friche industrielle des grands moulins était en cours de démolition. Une réunion de crise se tient à la mairie de Saint-Quentin, en fin de matinée, entre la première édile, la sous-préfète et l'entreprise chargée de faire tomber le bâtiment. La Mairie estime que le travail de cette dernière n'a pas été accompli dans des conditions de sécurité satisfaisantes.

En raison de l'incident, 250 foyers adjacents sont privés de gaz au lendemain des faits, le 21 décembre. Cette coupure, dont on ignore encore s'il elle est intentionnelle ou accidentelle, serait la conséquence de la reprise de la destruction du reste du bâtiment.

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus