Des vélos électriques après Motobécane, le nouveau virage du site Yamaha à Saint-Quentin-Rouvroy

Une nouvelle chaine de production de moteurs de vélos électriques a été inaugurée mercredi 27 mars dans l'usine Yamaha (ex-Motobecane) à Rouvroy près de Saint-Quentin dans l'Aisne. Jadis en pointe sur les scooters, le site vise un marché porteur en Europe et pourrait produire 300 000 unités d'ici à trois ans.

Petit moteur, mais gros symbole. Depuis le début du mois de mars 2024, les ouvriers de l’usine Yamaha de Rouvroy assemblent des moteurs pour vélos électriques. Des produits compacts, de 2,850 kg, dont le montage réclame minutie et dextérité. 

À la tête de cette nouvelle chaîne de production, Véronique Bouchez ne cache pas sa satisfaction : "J'ai fait de la moto pendant 15 ans. Quand il y a eu l'occasion de refaire quelque chose de nouveau avec les moteurs électriques, on m'a sollicitée, j'ai accepté et c'est un nouveau challenge pour les quelques années qui me restent à faire dans la société".

Un marché européen en pleine croissance

La nouvelle unité emploie une quinzaine de personnes dans un premier temps. Les pièces proviennent du Japon et les moteurs sont destinés aux bicyclettes de la marque, mais aussi à d’autres sociétés.

Pour les dirigeants de Yamaha, le choix de Saint-Quentin - Rouvroy se justifie par la volonté de se faire une plus grande place dans un marché européen du vélo électrique en pleine croissance.

Selon Mordor Intelligence, entreprise spécialisée dans l'analyse des marchés, "la taille du marché européen des vélos électriques est estimée à 77,96 milliards USD en 2024 et devrait atteindre 94,06 milliards USD d'ici à 2029, avec une croissance de 3,83 % au cours de la période de prévision (2024-2029)". 

Un investissement de 4 millions d'euros

Il s'agit "de produire à proximité du marché, à proximité des clients, de produire avec un délai qui soit réduit, d'être flexible dans les opérations, de pouvoir réagir à l'évolution du marché et avoir des approches en termes de consommation d'énergie qui soient raisonnables", confirme Olivier Prévost, président de Yamaha Motor Europe.

Le groupe japonais a investi 4 millions d'euros dans ce nouvel atelier de fabrication. Une stratégie soutenue financièrement par le Conseil régional des Hauts-de-France à hauteur de 1,5 million d'euros pour pérenniser les 639 emplois de l'usine : "Ce sera à terme plus d'une centaine d'emplois nouveaux qui viennent consolider tout ce que l'on fait. Il y a des vélos, il y a des moteurs. Il y aura d'autres développements, j'en suis convaincu", a affirmé le président de région Xavier Bertrand mercredi 27 mars lors de l'inauguration. 

L’objectif de Yamaha est de produire en Picardie 300 000 moteurs par an, d'ici à trois 3 ans.