Projet d'eco-caserne : les pompiers de Soissons vont installer des ruches au centre de secours

En souhaitant améliorer leur cadre de travail, les pompiers du centre de secours de Soissons ont décidé de mettre en place des ruches et planter des fleurs et des arbres fruitiers sur le terrain de la caserne. Pour financer ce projet éco-responsable, une cagnotte participative a été mise en ligne.
La caserne de Soissons qui accueillera bientôt des ruches dans l'objectif de faire de l'apiculture de sauvegarde
La caserne de Soissons qui accueillera bientôt des ruches dans l'objectif de faire de l'apiculture de sauvegarde © Centre d'incendie et de secours de Soissons
C'est dans un endroit un peu particulier que les abeilles vont pouvoir élire domicile. Les pompiers de la caserne de Soissons ont décidé d'installer des ruches directement sur leur terrain. "Elles devraient être mises en place mi-mai", affirme le commandant Jean-François Fortier, chef du centre de secours, par rapport à la période, il faudrait qu'on ait rapidement les essaims dans les ruches."

Les premières ont été financées par l’association des jeunes sapeurs pompiers et l’amicale des pompiers. Mais le projet ne s'arrête pas là. "On aimerait aussi planter des fleurs et des arbres fruitiers", ajoute-t-il. 
 

Deux apiculteurs parmi les pompiers

L'idée peu commune est partie d'une discussion à la machine à café. "On avait déjà comme projet d'embellir le site, et on s'est dit que l'on avait de quoi faire avec l'espace que l'on a en extérieur", explique le chef du centre. 

Pour s'occuper des abeilles, les pompiers ont de la chance puisqu'ils comptent parmi eux deux apiculteurs. "Après il ne s'agit pas de faire de la production, c'est de l'apiculture de sauvegarde", précise le commandant Fortier. Idem, si le projet des arbres fruitiers aboutit, les fruits récoltés pourraient être donnés à des associations.


Appel à contribution

Si les pompiers veulent être prêts pour effectuer les plantations à l'automne, il faut désormais préparer le terrain. "On fonctionne en phase, on recense à chaque fois nos besoins et on voit ce qu'il est possible de faire, par exemple nous avons abattu certains arbres, mais désormais il nous faudrait une rogneuse de souche", explique Jean-François Fortier. 

"On aimerait pouvoir montrer tout ça aux prochaines portes ouvertes l'année prochaine", poursuit-il. "Plus tard, lorsque l'on accueillera des classes, ce serait aussi l'occasion de sensibiliser les enfants à la biodiversité."
 
Pour pouvoir aider les pompiers à mener à bien leur projet d'éco-caserne, une cagnotte est en ligne depuis une semaine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers