Une demeure de l'époque gallo-romaine découverte à Soissons sur le chantier de futurs logements sociaux

Publié le
Écrit par Julie Cudza avec Maxime Lictevout

Soissons dans l'Aisne est une ville connue pour ses vestiges et notamment ceux de l’époque gallo-romaine. Sur un futur chantier de logements sociaux derrière le lycée Nerval, les avant travaux ont permis de découvrir des restes d’une Domus, une riche demeure datant du Ier siècle après J.-C.

C’est sur un terrain rue Alexandre-Dumas à Soissons derrière le lycée Nerval, que les avant travaux de construction de logements sociaux ont permis de découvrir, les traces d’un trésor, celui d’une domus.

Qu’est-ce qu’une domus ?

Une domus qui signifie maison en latin, est une habitation urbaine et traditionnelle de l’Antiquité romaine. Les archéologues du département qui mènent un diagnostic ainsi que le responsable d’opération ont pu déterminer qu’ici la pièce de domus faisait 7 mètres de large.

Parmi les trouvailles : des objets du quotidien, de la céramique et une cuillère de bronze pour prélever des pigments pour le maquillage.

"L’époque romaine, c’est de l’ostentation. Faut se montrer, donc une villa, avec une belle peinture et des mosaïques montrent la puissance du propriétaire des lieux", précise Johanny Lamant, responsable d’opération au service archéologique du conseil départemental de l'Aisne.

durée de la vidéo : 28sec
Les trouvailles sur le chantier ©Eric Henry / France Télévisions

Pour ce genre d’opération : les archéologues n’ont pu fouiller que 5% de la parcelle, explique Anthony Lefebvre, également responsable d'opération.

La construction des logements sociaux à l’arrêt

Les fouilles ont permis de découvrir d’innombrables merveilles telles que plusieurs spéculaires des périodes médiévales et modernes.

"L’ensemble des tranchées vont être rebouchées. En attendant, le rendu du rapport de diagnostic à l’État décidera s’il doit y avoir une suite ou pas", indique l'adjoint au chef service de l’archéologie du département de l’Aisne.

Si les travaux des futurs logements sociaux ne détruisent pas les vestiges, il n'y aura pas de suite dans les recherches archéologiques.