Peine minimale, places de prison, majorité pénale : les propositions sécuritaires de Xavier Bertrand à Saint-Quentin

Au lendemain de la venue d’Emmanuel Macron à Roubaix pour le Beauvau de la sécurité, Xavier Bertrand a présenté à son tour ses propositions concernant la sécurité. Le candidat à la présidentielle s’est exprimé ce mercredi 15 septembre depuis son fief de Saint-Quentin dans l’Aisne.
Xavier Bertrand mardi 14 septembre lors du Beauvau de la sécurité à Roubaix dans le Nord.
Xavier Bertrand mardi 14 septembre lors du Beauvau de la sécurité à Roubaix dans le Nord. © MAXPPP/LUDOVIC MARIN

En campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2022, Xavier Bertrand s’est exprimé mercredi 15 septembre à 12 h 30 dans son fief de Saint-Quentin dans l’Aisne. Le président des Hauts-de-France, ex-LR, a présenté ses propositions sur le deuxième volet de son projet : la sécurité.

Sans expérience d’élu local, il est impossible de comprendre toutes les formes d’insécurité qui aujourd’hui fracturent notre pays.

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, candidat à la présidentielle

Dès le début de son allocution, Xavier Bertrand s’est positionné en tant qu’homme proche du peuple, à même de comprendre les enjeux sécuritaires auxquels font face les Français. "En matière de sécurité, toute solution naît de la réalité du terrain", a-t-il déclaré en introduction faisant référence à sa propre expérience de Maire de Saint-Quentin et s’opposant d’emblée à Emmanuel Macron, qui, lui, n’a jamais été élu localement.

Le candidat a par la suite assuré son soutien aux forces de l’ordre "en première ligne pour assurer notre protection, qui doivent encaisser les insultes, les coups et les tirs de mortiers". 

L’heure est grave […] Demain, si l’on ne fait rien, certains se feront justice eux-mêmes. Et après-demain, ce serait la guerre civile. 

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, candidat à la présidentielle

C’est sur un ton grave que Xavier Bertrand a déroulé ses propositions, des mesures fortes pour éviter une future "guerre civile" et mettre fin à "l’impunité". "Le premier principe, c’est que toute personne qui commet un délit ou un crime doit avoir la certitude qu’elle sera sanctionnée", a-t-il déclaré. Pour cela, Xavier Bertrand propose entre autres :

Une peine minimale 

L’une des mesures phare proposées par Xavier Bertrand lors de son discours est la mise en place de peines minimales obligatoires "pour les crimes et délits les plus graves".

Aujourd’hui, la loi prévoit une peine maximum. Demain, je veux que la loi fixe aussi un minimum. Le juge pourra aggraver la peine, mais il ne pourra plus descendre en dessous de ce minimum.

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, candidat à la présidentielle

"Je veux que l’on prenne bien la mesure de la révolution que je propose en la matière", a déclaré le candidat à la présidentielle, se disant prêt à modifier la Constitution.

La construction de nouvelles prisons

"Toute personne condamnée à une peine, même légère, doit l’effectuer rapidement". Ainsi, Xavier Bertrand met un point d’honneur à construire de nouvelles places de prison, "une priorité nationale". L’objectif : 20 000 places de prison supplémentaires. Le président de la région Hauts-de-France a enfin insisté sur trois "défis" : La lutte contre le phénomène de bande, le trafic de stupéfiants et le terrorisme.

Il s'oppose aux propositions d'Emmanuel Macron

Cette allocution intervient au lendemain de la visite d’Emmanuel Macron à Roubaix dans le Nord pour le Beauvau de la sécurité. Visite durant laquelle Xavier Bertrand était également présent en tant que président de région.

Lors du Beauvau de la sécurité, le chef de l’Etat a annoncé plusieurs mesures sécuritaires comme la création d'une "instance de contrôle des forces de l'ordre". Il souhaite également "doubler sur dix ans" la présence de policiers sur le terrain.

Un président de la République lui aussi en campagne, car on le sait, une future loi d'orientation de la sécurité intérieure ne pourra pas être votée avant 2022. Les mesures annoncées sont conditionnées à sa réélection.

Tout au long de son discours mercredi 15 septembre, Xavier Bertrand a fustigé le bilan du chef de l’Etat Emmanuel Macron en matière de sécurité. "Emmanuel Macron […] n’a pas mesuré combien nos concitoyens étaient livrés à la violence du quotidien, à la loi des bandes, des gangs. Il n’a jamais mesuré l’explosion de la criminalité et de la délinquance", a déclaré en début de discours Xavier Bertrand. Il s’est également opposé à la proposition faite hier par Emmanuel Macron :

Créer un nouvel outil de contrôle des forces de l'ordre, un de plus, participe à cette mise en cause généralisée des forces de l’ordre. Pour ma part, je leur fait confiance pour accomplir leur mission avec exemplarité.

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, candidat à la présidentielle

Ainsi, cette allocution de Xavier Bertrand, semble être un pied de nez à son concurrent direct alors que la visite présidentielle de mardi, a été le théâtre d'un échange glacial entre les deux adversaires. "On aura un débat, un vrai débat", a souligné le président des Hauts-de-France au chef de l’Etat, "j’aurai l’occasion de m’exprimer demain", a-t-il ajouté.

durée de la vidéo: 00 min 15
Echange glacial entre Emmanuel Macron et Xavier Bertrand au Beauvau de la sécurité

Une tension entre les deux hommes déjà bien présente au lendemain du second tour des régionales, lorsqu’Emmanuel Macron s’était rendu à Douai pour visiter une usine de batteries. Il y avait alors rencontré Xavier Bertrand, tout juste réélu président des Hauts-de-France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élection présidentielle élections sécurité société