ARCHIVE. 1974 : Saint-Souplet et Escaufourt se disent oui, une fusion de communes célébrée en fanfare !

Publié le
Écrit par Nathalie Turpin .
durée de la vidéo : 02min 44
Célébration de la fusion des communes de Saint-Souplet et Escaufourt en 1974 ©INA

En septembre 1973, le village d’Escaufourt fusionne avec Saint-Souplet. A l’origine situé dans l’arrondissement de Saint-Quentin, il quitte ainsi le département de l’Aisne pour rejoindre celui du Nord. Un tel évènement se doit d'être fêté dignement, chose faite en mars 1974 !

Les noces des Sulpiciens-nes et Escaufourtois-es peuvent enfin être célébrées, la fanfare municipale s’est mise au diapason, la nouvelle commune de Saint-Souplet Escaufourt est née ! Car oui, mêmes marié, chacun conserve son nom. Et si Escaufourt est désormais une ancienne commune car dissoute par décret en août 1973 , elle conserve également un maire délégué.

Il ne leur reste plus qu’à écrire le tout début de leur histoire commune, loin des querelles de clochers, sans oublier de parachever le renouvellement des plaques minéralogiques !

L’histoire ne dit pas cependant si les Minteux de Saint-Souplet et les Grosses Tiètes d’Escaufourt conserveront, une fois unis, l’usage de ces tendres noms jetés

Fusion des communes

Les communes, en tant qu’institutions, sont créées en 1789 selon un découpage territorial qui s’élabore à partir des délimitations des anciennes paroisses. On en recense environ 44 000 à l’époque.

Peu à peu, différentes formes de mutualisations, d’ententes ou de regroupements sont expérimentées, visant à une mise en œuvre d’intérêts communs, souvent économiques.

La première loi qui encadre la fusion des communes est celle de 1971, dite loi Marcellin du nom de Raymond Marcellin, ministre de l’intérieur alors en poste. Elle crée le statut de commune associée.

D’autres lois suivront, visant à mettre en phase le découpage territorial de 1789 avec le développement démographique et économique du pays, à simplifier et clarifier le périmètre des responsabilités communales, avec entre autres objectifs la diminution du nombre de communes en France.

Jusqu’à la loi du 1er août 2019 visant à "adapter l’organisation des communes nouvelles à la diversité des territoires", qui vient simplifier les modalités de la fusion.

Au 1er janvier 2022, la France recense 34 955 communes et tient toujours le haut du panier : elle reste en effet le pays d’Europe qui en compte le plus grand nombre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité