Arrêté anti-burkini : "le maire du Touquet a voulu faire parler de lui" (Laurence Rossignol)

Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes, avait qualifié le burkini de "profondément archaïque", mais a appelé à le combattre "sans arrière-pensées". Ce jeudi sur iTELE, elle tacle le maire du Touquet qui avait pris un arrêté anti-burkini.   

© @Europe1

Alors que les arrêtés municipaux sur le port du burkini sur les plages françaises font débat au sein du gouvernement. La ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol a été l'une des premières a dénoncé le burkini. Mais elle estime néanmoins que la lutte contre ce maillot de bain qui couvre l'intégralité du corps des femmes est parfois motivée par des "arrières-pensées". Elle s'est encore exprimée sur ce sujet dans une interview sur iTELE. 

"les arrêtés sont destinés à prévenir ou faire cesser un trouble à l'ordre public. Donc ils peuvent être justifiés du point de vue d'un maire qui a cette responsabilité. Mais j'ai aussi observé que ces arrêtés n'avaient pas toujours été pris dans cet esprit, je pense au maire du Touquet qui a pris un arrêté anti-burkini sur des plages où personne n'a jamais vu de burkini".    




 

Le burkini interdit par arrêté au Touquet et à Oye-Plage dans le Pas-de-Calais

durée de la vidéo: 01 min 59
Le burkini interdit par arrêté au Touquet et à Oye-Plage

A lire aussi : polémique sur le burkini : beaucoup de bruit pour... aucune contravention

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
burkini religion société