Attentats de Paris : un an après, la colère du père de Nathalie Jardin, morte au Bataclan

Attentats de Paris : un an après, la colère du père de Nathalie Jardin, morte au Bataclan

C'est un triste anniversaire qui s'annonce ce dimanche : celui des attentats de Paris. Au Bataclan, 90 personnes ont perdu la vie dont Nathalie Jardin, une Marcquoise de 31 ans.
Un an après cette tragédie, son père, Patrick Jardin ne décolère pas. 

Par Sophie Bechir/Quentin Cezard

Le drame aurait-il pu être évité ? Une question qui revient sans cesse dans la tête de Patrick Jardin. Le 13 novembre dernier, sa fille Nathalie, assistait au concert des Eagles of death métal. Depuis, il se refait le film de la soirée, et accuse les forces de l'ordre de ne pas être intervenues immédiatement. "2h30 sous les balles, vous vous rendez compte de ce que c'est ? Moi, je me rends compte que pendant 2h30, ma fille, elle a peut-être agonisé. Elle a du avoir peur, elle a dû pleurer. Et personne n'a rien fait pour la sauver ni pour sauver ses compagnons d'infortune. Je trouve ça révoltant !"
Face à Manuel Valls, Patrick Jardin avait exprimé sa colère, deux jours après les attentats, parce qu'il n'avait aucune nouvelle de sa fille. Un an après, toujours amer, il accuse les autorités de ne pas avoir suffisamment anticipé les attaques terroristes et a déposé une plainte contre l'Etat et la ville de Paris. "L'Etat a fait preuve d'une incompétence notoire. A tous les niveaux. Que ce soir au niveau de la recherche des victimes lors de l'attentat lui-même. Pire : les militaires ont refusé de prêter leurs armes aux polciers de la BAC. Franchement, on tombe sur de l'irréel. On voit des gens qui sont en train de se faire mitrailler, on est là devant armés et on ne bouge pas."

L'an dernier, c'est pour accompagner son fils que Patrick Jardin avait assisté aux commémorations. Cette année, c'est dans l'intimité qu'il veut rendre hommage à sa fille Nathalie, qui était l'ancienne régisseuse lumière du groupe nordiste "Marcel et son orchestre". Une messe sera organisée samedi à l'Eglise du Sacré-Cœur de Marcq-en-Barœul. 

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus