• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Un Belge comparé à Xavier Dolan primé au Festival de Cannes

L'acteur de Girl, Victor Polster, la présidente du jury de la Caméra d'or, Ursula Meier et le réalisateur Lukas Dhont / © Anne-Christine POUJOULAT / AFP
L'acteur de Girl, Victor Polster, la présidente du jury de la Caméra d'or, Ursula Meier et le réalisateur Lukas Dhont / © Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Lukas Dhont, 26 ans, a reçu la Caméra d'or du Festival de Cannes pour Girl, son premier film. Son premier rôle, l'acteur belge, Victor Polster, 16 ans, a lui aussi été primé.

Par Thomas Perroteau avec AFP

Révélation du 71e Festival de Cannes, le film Girl du jeune cinéaste belge Lukas Dhont a reçu samedi soir la Caméra d'or, récompensant un premier film, toutes sections confondues. Le film, sur une adolescente née garçon qui rêve de devenir ballerine, a déjà valu un prix d'interprétation dans la section "Un Certain Regard" à Victor Polster, 16 ans. Il a aussi reçu vendredi la Queer Palm, qui prime un film des sélections cannoises pour son traitement des thématiques altersexuelles.

"J'aimerais bien avoir la même carrière" que Xavier Dolan, s'amuse Lukas Dhont dans un entretien avec le Journal du dimanche. Comme le prodige canadien, Lukas Dhont devient un cinéaste précoce révélé sur la Croisette, francophone, "adulescent stylé" et touché par les questions de sexualité.

Bande-annonce de Girl de Lukas Dhont


"Ce qui m'intéresse, c'est montrer des personnes qui ne sont pas dans les normes classiques du masculin et du féminin. (...) Le cinéma est un moyen intéressant d'en parler", avait confié à l'AFP le réalisateur de 26 ans, lauréat de la Cinéfondation 2016, pépinière de talents du Festival.

"Cette lutte intérieure incroyablement courageuse m'a profondément ému. J'en ai eu connaissance par un article de journal en 2009 alors que je démarrais mes études de cinéma. J'ai décidé aussitôt que ce serait le thème de mon premier film", a-t-il
expliqué. 

Au-delà du portrait, le film a une portée documentaire en montrant les étapes de l'ardu parcours de réassignation sexuelle, du traitement hormonal à la chirurgie.

Un acteur belge de 16 ans également primé

L'autre révélation du film est son acteur, Victor Polster. Pour ses premiers pas au cinéma, le Belge livre une véritable performance en incarnant Lara lancée en même temps dans une éprouvante réassignation sexuelle et l'apprentissage exigeant de la danse classique.

"L'histoire de Lara m'a touché même si elle n'était pas évidente à jouer. J'ai tout de suite admiré le personnage, cette héroïne prête à tout pour atteindre ses buts", racontait Victor Polster. Il connaît tous les sacrifices de la danse classique car il est élève du Ballet royal d'Anvers (Belgique) depuis deux ans. Pour le film, l'adolescent s'est transformé physiquement, apprenant à rendre sa gestuelle plus féminine, jusqu'à modifier sa voix avec les conseils d'un orthophoniste.

"J'espère que le film permettra de combattre les idées reçues. Pour les personnes dont le corps n'est pas conforme à leur identité, ce n'est pas un choix", dit Victor Polster qui, lors du Festival, s'est livré pour les photographes à un acrobatique grand écart, juché sur un pupitre.

Cette année, dix-neuf films étaient en lice pour la Caméra d'or et le jury était dirigé par la réalisatrice suisse Ursula Meier, qui a salué lors de la remise du prix l'"immense délicatesse et une puissance" du film.

Sur le même sujet

Cannes sur culturebox

toute l'actu cinéma

Amiens : grève des guichetiers SNCF

Les + Lus