Cet article date de plus de 4 ans

Belgique : 4 personnes liées à des projets d'attentats terroristes inculpées

Quatre personnes soupçonnées d'être liées à des projets d'attentats en Belgique et d'avoir voulu recruter des volontaires pour partir combattre en Syrie et en Libye ont été inculpées de "participation aux activités d'un groupe terroriste", a indiqué mercredi soir le parquet belge.

Des militaires belges mobilisés dans les rues de Bruxelles aux côtés de policiers.
Des militaires belges mobilisés dans les rues de Bruxelles aux côtés de policiers. © EMMANUEL DUNAND / AFP
Ce dossier de terrorisme n'a, à ce stade, aucun lien avec l'enquête sur les attentats du 22 mars à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem et à la station de métro Maelbeek (32 morts et 340 blessés), a souligné le parquet dans un communiqué. "Nous avons trouvé des traces de plans pour une attaque en Belgique", a déclaré à l'AFP le porte-parole du parquet, Eric Van der Sypt.

Selon un communiqué du parquet fédéral,ces quatre personnes - interpellées en Flandre et dont trois ont été ensuite relâchées - sont "suspectées
d'avoir voulu recruter des personnes pour qu'elles se rendent en zone de conflit en Syrie ou en Libye
". "Certaines d'entre elles avaient l'intention de partir elles-mêmes et de rejoindre le groupe terroriste Etat islamique (EI)", a expliqué le communiqué.

Projet d'attentats en Belgique

Selon le parquet, qui se base sur les résultats préliminaires de l'enquête, "il s'avère qu'il y aurait eu des projets d'attentats en Belgique". Le parquet n'a pas voulu détailler ces projets. Après avoir été auditionnées, l'une des personnes interpellées a été placée sous mandat d'arrêt et une autre sous bracelet électronique, a précisé le parquet.

Les deux autres suspects ont été remis en liberté conditionnelle. Ces interpellations sont survenues à la suite de huit mandats de perquisitions notamment à Ternat, Borgerhout et Anvers (nord de la Belgique), situées en Flandre. Ni arme, ni explosif n'ont été retrouvés au cours des perquisitions, selon le parquet qui s'est refusé à tout autre précision.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat faits divers terrorisme